Le dauphin du Gange doit être mieux protégé…

D’après une nouvelle étude de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le dauphin du Gange doit impérativement être mieux protégé, notamment de la part des communautés locales, pour que cette espèce puisse survivre dans la région du fleuve de Brahmapoutre en Inde. Des lieux de rassemblement de dauphins doivent être mieux protégés si le monde veut que le dauphin du Gange (de l’espèce Platanista gangetica gangetica) survive dans la région du fleuve de Brahmapoutre, d’après une étude récente.

Le fleuve de Brahmapoutre est un fleuve d’Asie du Sud, long de 2 900 kilomètres, prenant sa source à 5 000 m d’altitude, dans la chaîne himalayenne des Kailas, au glacier Kubigangri, près de Lhassa.  Les estimations indiquent que la population totale de dauphins du Gange compte environ 2000 individus actuellement. De ces 2000 spécimens, entre 240 et 300 vivent dans le fleuve de Brahmapoutre en Inde, d’après une étude récente réalisée par le projet Sir Peter Scott Fund de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

 Ujisato_dauphinbaleineCITES_2.jpg

© www.lifeinthefastlane.ca


  « Notre étude montre que le meurtre accidentel de dauphins par le biais de la pêche, suivi par le braconnage pour leur huile sont les principales menaces qui pèsent contre les dauphins du fleuve de Brahmapoutre » a déclaré le directeur du projet, Abdul Wakid.  « Leur habitat est également dégradé par les activités humaines. La construction de barrages et une étude sismique proposée récemment dans le fleuve du Brahmapoutre sont des menaces potentielles » supplémentaires pour les dauphins du Gange, a déclaré ce scientifique de l’UICN.  

Le projet, financé par le groupe Fondation Ensemble, a été suscité par le besoin d’avoir des données plus consistantes sur la population de dauphins après que la compagnie Oil India Ltd a proposé de commencer à prospecter pour trouver du pétrole le long du lit du fleuve Brahmapoutre en utilisant des explosifs et des fusils à air comprimé.  La recherche a identifié huit sections du fleuve comme étant des zones protégées potentielles et indique que la conservation des dauphins mise en place par les communautés est la meilleure stratégie pour sauver les dauphins.  « Le fleuve Brahmapoutre est un habitat très important pour les dauphins menacés » a déclaré Gill Braulik, du Groupe Spécialiste des Cétacés UICN.  « Pour les protéger, il est essentiel que nous impliquions les communautés fluviales locales. Dans certaines régions, comme la région de Kukurmara près du fleuve Kulsi par exemple, les dauphins sont devenus une véritable attraction touristique grâce à la protection de cette espèce mise en place par les communautés locales. Mais dans d’autres régions, les dauphins sont tués accidentellement par les filets de pêche ou sont parfois attrapés délibérément et tués pour leur huile ».  

Le projet compte 32 campagnes de sensibilisation le long de la vallée de Brahmapoutre, se concentrant sur les communautés de pêche dans les régions entourant les lieux de rassemblement des dauphins du Gange.   Cette étude de l’UICN se concentrait sur les 1044 kilomètres de long du fleuve Brahmapoutre où habitent les dauphins, principalement dans l’Assam, un des Etats du nord-est de l’Inde.

Lors d’une étude réalisée en 2005 dans la même portion du fleuve, les chercheurs avaient recensé 250 dauphins.  Le dauphin du Gange possède un corps gris-bleu d’une longueur moyenne de 2 mètres pour un poids d’environ 80kg. Comme la plupart des dauphins d’eau douce il possède un rostre long et étroit (pouvant mesurer jusqu’à 20% de la taille totale de l’animal). Il est doté de larges nageoires pectorales mais ne possède pas d’aileron dorsal qui est remplacé par une simple bosse.  Cette espèce vit dans le bassin du Gange, elle est également présente dans d’autres cours d’eau de la péninsule indienne tel que le Brahmapoutre et le Karnaphuli. Son aire de répartition était probablement plus grande autrefois, le dauphin du Gange a aujourd’hui une population réduite et fait partie des espèces menacées de disparition.

Source : Actualité News Environnement

Un programme pour limiter les collisions navires-cétacés...
La baleine boréale en voie de rétablissement dans l'Arctique canadien...