Conditions de vie lamentables pour les Cétacés du delphinarium de Saint-Petersbourg…

Alerté à juste titre par une courageuse jeune femme russe, Réseau-Cétacés est très préoccupé par les conditions de vie de quatre grands dauphins de la Mer noire et deux bélugas maintenus en captivité au Delphinarium de Saint-Petersbourg en Russie. Les cinq des six cétacés captifs sont d’origine sauvage. En Russie, la loi n’interdit pas la capture de cétacés vivants et aucune réglementation n’est en vigueur pour réguler les conditions de maintien de ces espèces en captivité. Les dauphins et autres cétacés sont maintenus dans un même bassin, une ancienne piscine olympique de 30 mètres pour 4,7 mètres de profondeur.

Les grands dauphins sont connus sous les noms de Bayan (mâle de 9 ans, subordonné, présente de nombreuses cicatrices), Dacha (femelle, 15 ans, dominante, mère de Neon et d’un autre delphineau mort après sa naissance), Neon (né en captivité) et Muse (femelle, 11 ans, subordonnée, a de nombreuses cicatrices).

Les bélugas ont été nommés Mihei et Poline. Ils présentent également un grand nombre de cicatrices, dû à l’antagonisme inter-individuel. Bayan et Muse sont fréquemment séparés des autres dans de petits enclos d’isolation et se blessent le rostre en frappant la grille séparant les enclos. Les cétacés partagent également leur espace avec un morse Sonya et une otarie Varya, maintenus dans des bassins annexes.

 

gal_25842.jpg

Vidéo 1

Vidéo 2

Photos

Le delphinarium de Saint-Petersbourg ouvrit ses portes en 2006. Il appartient au groupe UTRISH DOLPHINARIUM LTD, qui gère également les delphinariums de Moscou, de Sochi et Kislovodsk. Les spectacles d’une heure sont ouverts au public à 15h00 et 18h00 le mercredi, jeudi, vendredi, et à 12h00, 15h00, 18h00, le weekend-end. Il est possible de contacter les gérants pour nager avec les cétacés, en payant un tarif supplémentaire.

 

gal_26895.jpg

Effets de la captivité sur les cétacés :

La vie en captivité altère le comportement des dauphins et autres espèces de cétacés. Les cétacés sont des prédateurs qui parcourent des dizaines de kilomètres par jour sur leur territoire. Leurs activités sont réparties entre la chasse, le repos, les déplacements et la socialisation. En captivité, ils sont confinés dans un environnement artificiel où leur comportement est contrôlé par l’homme. Ils sont contraints d’interagir avec des individus et des espèces qu’ils éviteraient dans leur milieu, ce qui leur cause stress et inconfort, et génère souvent une agression chronique entre les individus. Les manifestations de cette agressivité sont dirigées vers les autres cétacés, les dresseurs et les visiteurs. Les spectacles des cétacés captifs ont un contenu pédagogique déficient, et les sauts et jeux avec des objets n’illustrent pas la vie complexe des cétacés dans leur environnent. Ces faits ont été reconnus par le Comité du Sénat Australien sur le bien-être animal, qui, en 1985, confirma que les cétacés captifs souffraient de stress, d’anomalies comportementales, de taux de mortalité élevés, d’une longévité réduite et de problèmes de reproduction.

Une étude menée par l’association internationale des mammifères marins en 1997, compara les taux de survie de cétacés captifs et sauvages. Elle révéla que les grands dauphins sauvages présentaient un taux de survie significativement plus élevé que les dauphins captifs. D’après une récente étude menée par Dr. Naomi Rose, les bélugas captifs atteignent 30-40% de l’âge qu’ils atteindraient normalement dans leur milieu sauvage. Les bélugas captifs meurent généralement autour d’une vingtaine d’années, bien qu’ils puissent vivre jusqu’à 60 ans dans leur milieu naturel.

Les dauphins de la mer Noire :

Un récent atelier d’experts a évalué le statut du grand dauphin de la Mer Noire listé dans la catégorie « menacé » sur la Liste Rouge de l’IUCN. Lors de la 12ème conférence des parties de la CITES, une proposition fut approuvée pour maintenir l’espèce dans l’appendice II de la CITES, mais avec un quota zéro pour l’export de dauphins capturés à l’état sauvage pour des raisons essentiellement commerciales.

La population déclinante des grands dauphins de la Mer Noire vit dans une des mers les plus dégradées au monde. Elle fut soumise à des chasses intensives et est menacée par la capture et le commerce de spécimens vivants pour l’industrie de la captivité. Depuis les années 1960, plusieurs centaines de dauphins ont été capturés et utilisés pour des raisons militaires, scientifiques et commerciales. La mortalité durant le transport et la captivité des dauphins de la Mer noire est extrêmement élevée. Alexei Birkun note, dans son rapport ACCOBAMS de 2002 sur les cétacés de la Méditerranée et de la Mer noire, que les méthodes utilisées pour capturer les dauphins de la Mer noire ont généré une importante mortalité pré-exportation : « Les opérations de capture, menées au moyen de filets, sont parfois accompagnées de la mort de l’un ou de plusieurs dauphins à cause du stress intense ou dû à l’asphyxie des animaux ». Il existe peu de données sur le taux de mortalité lié à ces captures. Les captures de dauphins peuvent être très violentes et engendrent souvent la mort des individus ciblés ainsi que celle des autres membres du groupe pendant ou peu après la capture. Les captures de dauphins multiplient par six le risque de mortalité pendant et immédiatement après la capture.

Delphinariums de Russie :

Les dauphins et bélugas du groupe UTRISH DOLPHINARIUM Ltd. font l’objet de fréquents mouvements vers les pays voisins ou sur le territoire national. Outre les conditions de captivité difficiles pour les cétacés, les transferts sont des sources de stress supplémentaires et augmentent les risques de mortalité. En décembre 2008, le delphinarium de Saint Petersbourg avait transféré ses dauphins et bélugas vers le Spartak Stadium de Kiev dans une piscine improvisée de 16 mètres de diamètre pour 5 mètres de profondeur puis les a transférés, en mai 2009, vers Yalta. En début d’année, les propriétaires du delphinarium de Saint Petersbourg ont fait appel au Ministère de la Justice Egyptien ; en effet, trois dauphins qu’ils avaient envoyés au delphinarium de Sharm-el-Sheikh n’ont pas été retournés comme convenu. Le directeur du dephinarium de Saint Petersbourg, Igor Kostov, et l’établissement égyptien – appartenant à un groupe polonais -avaient établi un contrat sur le prêt temporaire des trois dauphins de la Mer Noire, Stesha, Masha et Styopa, lequel a expiré en mars.

La situation des grands dauphins de la mer noire en captivité dans les delphinariums russe est critique.

Un dauphin est mort de faim en juin dernier au delphinarium de Moscou, propriété du groupe UTRICH Dolphinarium Ltd.

Merci de signer la pétition en ligne pour protester contre les conditions de vie de ces cétacés !

Coordonnées :

Saint Petersburg Dolphinarium
Konstantinovsky prospect, 19
Krestovsky Island
Former Swimming pool “Spartak”
Saint-Petersburg, RUSSIA
(812) 235-46-31
http://www.dolphinarium.ru

UTRISH DOLPHINARIUM LTD.
The Severtsov Institute, 33 Leninsky Prospekt, Moscow 117071, Russia.
Tel.: (095) 954-1511, 958-1260.
Fax : (095) 958-1260, 954-5534.

Références :
http://www.thenewstribune.com/opinion/viewpoint/story/705811.html
http://petersburgcity.com/family/animality/dulphinarium/
http://www.nrcu.gov.ua/index.php?id=148&listid=81562
http://www.st-petersburg.ru/en/entertainment/children/theatres/http://www.dauphinlibre.be/dauphins_russes_2009.htmhttp://www.russia-ic.com/news/show/8452/
http://newsland.ru/News/Detail/id/377944/cat/42/
http://en.rian.ru/russia/20090216/120156036.html
http://www.russianews.net/story/467298

Nouvelles en bref des dauphins captifs ...
Un dauphin captif meurt de faim au Delphinarium de Moscou...

Laisser un commentaire