Conseil de l’Europe et Nations Unies renforcent leur synergie pour la conservation de la nature…

Le Conseil de l’Europe et les Nations Unies ont conclu aujourd’hui à Berne un mémorandum de coopération à l’occasion du 30ème anniversaire de leurs Conventions respectives, à savoir la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe, (« Convention de Berne »), et la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, (« Convention de Bonn »).

Le mémorandum de coopération établit une plateforme commune qui vise à renforcer les synergies en améliorant la définition des domaines de coopération technique, en renforçant les échanges d’information, et en élaborant des projets communs.

Les animaux migrateurs menacés bénéficieront de la mise en œuvre commune des plans d’action visant à protéger les oiseaux migrateurs, les chauve-souris ainsi que les baleines, les dauphins et les tortues marines de la Méditerranée, de la Baltique et de la mer Noire.

Rissos__dolphin-_(C)_greemarlin_FLickr.jpg

Pour le Directeur de la culture et du patrimoine culturel et naturel du Conseil de l’Europe, Robert Palmer, « une bonne coordination des traités régionaux et internationaux s’impose si l’on veut protéger la biodiversité, mieux rendre service à nos Etats membres et parvenir à notre objectif commun qui est de conserver la nature dans le contexte de changement global. »

Pour Bert Lenden, Secrétaire exécutif adjoint par intérim de la Convention de Bonn, « coopérer sur des questions présentant un intérêt commun permettra aux deux Conventions de relever plus efficacement les défis les plus urgents, à savoir le changement climatique, les espèces invasives ainsi qu’une chasse et une pêche permettant une exploitation durable des espèces. »

La Convention du Conseil de l’Europe relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Berne, 1979) est un instrument international contraignant dans le domaine de la conservation de la nature qui vise à protéger le patrimoine naturel du continent européen. La Convention de Berne compte 50 Parties contractantes.

La Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, conclue à Bonn en 1979, a pour but d’assurer la conservation des espèces migratrices terrestres, marines et aériennes sur l’ensemble de leur aire de répartition.

Ce traité international conclu sous l’égide du Programme pour l’environnement des Nations Unies concerne la conservation de la faune sauvage et de ses habitats à l’échelle mondiale. A ce jour, il compte 112 Parties représentant l’Afrique, l’Amérique centrale et du Sud, l’Asie, l’Europe et l’Océanie.

Source : actualites-news-environnement.com   (23.11.09)

Mesures adoptées par les pêcheurs canadiens pour mieux protéger les baleines...
Victoire pour la vaquita, le cétacé le plus menacé au monde !