Scientifiques américains : le dauphin devrait être considéré comme une « personne non-humaine »…

De nouvelles études relancent le débat sur l’intelligence de l’animal et l’éthique sur le traitement et l’utilisation du dauphin. Les dauphins sont des animaux sociaux et adaptables, dotés d’un grand cerveau, comme l’homme. Ils peuvent répondre à des demandes complexes, imiter les mouvements d’une personne et possèdent une communication complexe comprenant les sifflements-signatures propres à chaque individu.

Les scientifiques américains vont réclamer des droits pour les dauphins lors d’une conférence qui se tiendra en février à San Diego, en Californie. Des études qu’ils ont réalisées prouvent une nouvelle fois l’exceptionnelle intelligence du mammifère. Ils estiment même qu’il pourrait être le deuxième être le plus évolué de la planète.

Bahamas-_(C)_WIlly_Volk_Flickr.jpg

Conscience de soi : se reconnaître dans un miroir

Les résultats des études sur le comportement de l’animal sont étonnants. Diana Reiss, professeur de psychologie au Hunter College, de l’université de New York a prouvé que le grand dauphin est capable de se reconnaître dans un miroir, et d’inspecter différentes parties de son corps. Une capacité qu’on pensait réservée aux humains et aux grands singes. Les recherches montrent qu’ils ont des personnalités différentes, un profond sens de soi et peuvent penser au futur. Les dauphins sont capables de résoudre des problèmes difficiles qui leur sont posés. Dans leur milieu naturel, ils mettent au point des systèmes de coopération efficaces et adaptés aux milieux et aux types de proies recherchées. Ainsi, certains groupes coopèrent avec les hommes pour conduire les bancs de poissons dans les filets et se nourrir, d’autres utilisent des éponges pour se protéger le rostre lorsqu’il recherchent des proies dans les récifs coralliens coupants.

Culture et communication

La scientifique a également découvert que le dauphin était capable d’apprendre un langage basé sur des symboles. Les dauphins ont également différentes « cultures » ; des comportements et connaissances non génétiquement déterminées, acquises par l’expérience et transmises d’un individu à l’autre selon les régions et groupes familiaux. Un cas récent montre comment un dauphin sauvage, échoué et réhabilité par un delphinarium australien, a rapidement appris le tour « marcher sur sa queue » à d’autres individus de son groupe, une fois retourné à son milieu d’origine.

Stenella_frontalis_--Bahamas_(C)_WIlly_Volk_Flickr.jpg

Cerveau complexe

Les études sur le cerveau de l’animal, menées par Lori Marino, zoologiste à l’université Emory d’Atlanta, appuient les thèses de la psychologue. « Le cerveau des cétacés a évolué différemment de celui des humains, mais il a les traits caractéristiques de l’intelligence complexe.» Comme un fort développement du cortex et du néocortex. Selon ces résultats, le dauphin serait alors plus intelligent que le chimpanzé, longtemps considéré comme supérieur. Le primate peut atteindre le niveau d’intelligence d’un enfant de trois ans.  Le cerveau de l’homme par rapport à sa taille est le plus grand et lourd parmi les espèces animales ; le second est celui du dauphin.

Comportement complexe et flexible

L’intelligence est parfois définie par certains scientifiques comme la capacité qu’a un animal à dépasser les frontières de son comportement naturel. Les demandes complexes auxquelles les dauphins répondent dans le cadre d’études, comme une phrase composée de signes, dépassent un comportement naturel. Les tours à caractère anthropomorphique présentés dans les delphinariums le sont aussi.

Une espèce si proche de nous, sur le plan du développement cognitif, ne peut donc être traitée comme un autre animal aux capacités cognitives limitées, mais doit l’être comme une «personne non humaine», consciente de son individualité. Pour ces scientifiques, il est moralement inacceptable d’enfermer les dauphins dans des parcs pour le divertissement humain, de les tuer pour la viande ou accidentellement dans les filets.

Zoomarine_Roma-dolphins(C)_Elena_Landi_aka_Cattivik3_Flickr.jpg

Source : timesonline.co.uk   (03.01.10) Mirror self-recognition in the bottlenose dolphin : A case of cognitive convergence  

Vidéo de dauphins captifs s’observant dans le miroir   Vidéos – Documentaire de la BBC sur l’intelligence du dauphin (en anglais) : Partie 1   Partie 2   Partie 3

Chauves-souris et dauphins sur la même longueur d’onde...
Le cétacé du mois de janvier : le Lissodelphis boréal...