Réactions suite à la mort de la dresseuse tuée par l’orque Tilikum…

Après la mort d’un dresseur de 29 ans au Loro Parque, Ténérife, il y a moins de deux mois, une dresseuse de 40 ans est mortellement attaquée par une orque captive, au Sea World Florida, aux États-Unis. Des attaques menées par ces deux individus captifs avaient déjà été reportées par le passé dans les deux parcs marins. Inversement, en milieu naturel, aucune attaque d’orque sauvage contre l’homme n’a jamais été reportée. Il est par conséquent légitime de prendre en compte les conditions de vie de ces mammifères marins captifs afin d’évaluer les causes de cette agressivité exacerbée et anormale chez les individus envers les hommes. Cet accident souligne l’incompatibilité de cette espèce intelligente, sociable et sauvage avec la vie en captivité.

Après la suspension des spectacles, les dirigeants de Sea World comptent reprendre les représentations dans les trois parcs du groupe, en Californie, Texas et Floride, et tentent de minimiser, autant que possible, l’impact de cet accident. Les experts de l’industrie annoncent qu’« il faut savoir que ça peut arriver », qu’« à Seaworld, c’est l’eau qui a tué cette femme et pas l’animal » (Dresseuse tuée par une orque : »Il faut savoir que ça peut arriver« ) et que la dresseuse « aurait fait une erreur » et « n’aurait pas respecté le protocole » . L’animal continue de participer aux spectacles et les protocoles seront revus (SeaWorld Won’t Euthanize Whale, Feds Investigate Trainer Death).

Tilikum- 01_06_08 (C) Deliriant_FLickr.jpg

D’après CBS News,  » l’ancien entraîneur de dauphins pour la série à succès des années 1960 Flipper le dauphin et qui s’oppose désormais à ce type de spectacle aquatique, s’est élevé contre cette décision, accusant les dirigeants de SeaWorld d’avoir délibérément ignoré les signes avant-coureurs du drame« . « SeaWorld a permis qu’une orque qui constituait un risque connu soit en contact avec des entraîneurs et le public, et estime, après trois morts que cela doit continuer« , s’indigne Ric O’Barry, qui réclame l’ouverture d’une enquête fédérale dans un communiqué commun avec Dave Phillips, de l’ONG de défense de l’environnement Earth Island Institute.

« En plus de la tristesse de cet événement tragique, on ne peut s’empêcher de ressentir de la colère envers ceux qui persistent à monter des spectacles avec ces créatures sauvages dans des environnements qui peuvent les conduire à la violence« , écrit M. O’Barry ( Orque tueuse : la colère du dresseur de « Flipper le dauphin »).

De même, concernant le Loro Parque, les gérants nièrent que Keto, l’orque mâle de 13 ans, né en captivité, et qui avait gravement blessé une dresseuse en 2007 ( Una orca del Loro Parque atacó a una monitora y le produjo graves heridas), avait attaqué le dresseur dont la mort aurait été causée par « un manque d’oxygène » ( Loro Parque niega que la orca atacara al entrenador muerto). Néanmoins, les dresseurs d’orques ne nageront plus avec les orques et donneront désormais leurs instructions depuis les plateformes.

La situation est complexe pour les parcs qui ont acquis et maintiennent ces cétacés à grands frais, et qui constituent l’attraction principale des parcs. Il n’est donc pas question pour les parcs de se séparer de ces animaux car cette perte s’accompagnerait irrémédiablement d’une chute de fréquentation et remettrait en cause la santé financière des parcs. En effet, la publicité générée par les médias autour de cette tragédie risque de porter préjudice à l’image du parc et alimente la polémique sur le maintien de ces grands cétacés en captivité et de leur utilisation dans un but lucratif en les contraignant à participer aux spectacles pour « gagner leur nourriture », contrairement aux autres espèces captives des zoos, ce que dénoncent les associations de protection des cétacés depuis de nombreuses années.

De plus, avec seulement 42 orques captives au monde, et l’arrêt des captures en milieu sauvage, chaque individu a une valeur énorme. Ainsi, si une autre espèce telle un lion ou un chimpanzé avait attaqué un soigneur jusqu’à ce que mort s’ensuive, il aurait probablement été euthanasié. Ce cas n’est pas envisagé pour un animal aussi précieux et qui génère autant d’argent que Tilikum, le mâle reproducteur du Sea World Orlando.

Sea World Florida-Tilikum-(C)lemoncat1-flickr.jpg
La tragique nouvelle a fait le tour du monde et plusieurs stars, comme Matt Damon, ont immédiatement réagi. La star d’Invictus se dit très peiné, mais en même temps pas totalement étonné. « J’ai entendu parler de cette femme, c’est vraiment horrible qu’elle soit morte, a confié l’acteur sur le tapis rouge de l’avant-première de son nouveau film, Green Zone. Mais je n’ai jamais été très fan de ce genre d’endroit, qui maintient des animaux sauvages en captivité…. Je pense que tous ces parcs animaliers devraient fermer ! » Et pour rallier les spectateurs à sa cause, il a conseillé d’aller voir The Cove. « C’est un film génial, qui dénonce justement entre autre les dangers de garder ce genre d’animaux en captivité« , a poursuivi l’acteur.

Comme lui, Tippi Hendren a aussi réagi dans un communiqué. « Les animaux sont maltraités sous nos yeux pour divertir le public« , s’insurge la star, qui a fondé une réserve d’animaux sauvages à Los Angeles. « L’emprisonnement et la souffrance liés au dressage de ces bêtes sauvages dans les criques, les parcs aquatiques et les productions artistiques, les poussent à se venger. Le jour où elles ont l’occasion de le faire, elles n’hésitent pas.« 

Mais pas question de blâmer l’orque meurtrière. La mère de Mélanie Griffith est catégorique : les animaux sont les victimes, pas leurs dresseurs. « Comment vont-ils comprendre que ce sont des animaux sauvages ? Ce sont les hommes et les sommes d’argent faramineuses que leur rapportent ces animaux qui sont responsables. Il incombe au public de faire cesser ces spectacles aquatiques et les numéros de cirque. Ceux qui prétendent que les bêtes sont heureuses et bien traitées mentent. Ne soyez plus dupes. Ces shows engrangent des sommes d’argent inouïes….Une loi doit être votée pour mettre un terme à ce commerce malsain d’animaux sauvages en captivité.« 

Voir aussi :

Matt Damon et Tippi Hedren réagissent à la mort de la dresseuse tuée par son orque 

SeaWorld Dives into Damage Control   

Le décès de Dawn Brancheau relance le débat sur la captivité des orques...
Tilikum ne sera pas isolé...