Mexique : Merlin le dauphin, adepte du iPad…

Un dauphin mexicain a reçu son propre iPad avant même que l’appareil ne soit en vente au pays.

Merlin, un dauphin à gros nez de deux ans, utilise la tablette d’Apple dans le cadre d’une étude visant à améliorer la communication entre les humains et les dauphins.

 

(C) speakdolphin_com.jpg

Dans un parc aquatique pour dauphins à Puerto Aventuras, au Mexique, des chercheurs montrent à Merlin de vrais objets comme une balle, un cube ou un canard en plastique. Il identifie ensuite des images représentant ces objets sur le iPad, touchant l’écran tactile de l’appareil avec son museau. « Le dauphin adore le iPad », dit Jack Kassewitz, de SpeakDolphin.com. « Il est capable de faire fonctionner le gadget. Nous avons eu beaucoup de plaisir.» M. Kassewitz a expliqué que la prochaine étape consistera à élaborer une interface de langage complète entre les humains et les dauphins. «Les chercheurs savent que les dauphins sont exceptionnellement intelligents et savent communiquer entre eux, dit-il. Mais si nous souhaitons voir les dauphins communiquer avec les humains, la technologie informatique est la seule façon de combler le fossé.» Ce faisant, nous comprendrons mieux comment fonctionne notre propre langage, d’expliquer M. Kassewitz. «Ils ont un cerveau unique», dit-il. «Nous cherchons à visualiser le développement du langage chez l’humain selon une plus grande perspective, ce qui permettra d’aider les personnes qui souffrent de handicaps dans ce domaine.» Les gens de SpeakDolphin ont développé depuis près de deux ans des jeux pour interagir avec Merlin, mais ont récemment commencé à chercher l’interface la plus pertinente pour mettre les programmes en application. Les chercheurs ont d’abord opté pour l’utilisation d’un iPad placé dans un sac imperméable, ce qui a donné des résultats très satisfaisants. Le prochain gadget à passer le test sera le Toughbook de Panasonic. M. Kassewitz croit que les dauphins sont des êtres pensants, semblables aux humains dans leur conscience d’eux-mêmes. Il se dit emballé par toutes les possibilités créées par la technologie dans la quête de compréhension du fonctionnement du cerveau.

«Ne serait-il pas merveilleux de reconnaître un autre être pensant sur cette planète ? J’ai passé des milliers d’heures dans l’eau avec ces créatures. Je suis un chercheur des plus rigoureux et je vous assure que les preuves abondent en ce sens.»

Source : canoe.ca (03.06.10) Voir aussi : speakdolphin.com

L'amitié, selon la baleine à bosse...
Le cétacé du mois de juin : l'Inie de Geoffroy...