Australie : baleines sérieusement menacées – Rémy Mennerat (2010)

J’ai pris part aux recherches d’un groupe qui a effectué avec Richard Costin et Annabelle Sandes une étude sur la population de baleines à bosse et sur les récifs dans le Kimberley en Australie Occidentale.

Il se trouve qu’une grande partie de cette zone est sur le point d’être vendue aux grandes compagnies pétrolières pour y installer des plate formes de gaz. Le bruit, la circulation de nombreux super tankers et autres cargos risque de sonner le glas de cette population de mégaptères, estimée à 22000, qui est la plus grande au monde.

Colin Barnett, le premier ministre d’autralie Occidentale a promis en 2009 que la côte du Kimberley allait devenir l’un des plus grands parcs nationaux australiens. Ici la plupart des côtes ont été léguées depuis longtemps aux communautés Aborigènes. Mais il se trouve que, début Septembre 2010, Colin Barnett a annoncé à la surprise générale que le gouvernement australien est sur le point de racheter de force certaines de ces zones pour les revendre aux compagnies pétrolières (BP en tête). Non seulement il se contredit, mais il fait preuve d’un mépris total pour Aborigènes qui ont déjà beaucoup souffert par le passé lors de la colonisation.

Pendant cette expédition nous avons découvert beaucoup plus de baleines que prévu (avec plus de 200 baleines observées certains jours) et de nouvelles zones de reproduction ont été localisées. De plus, ces côtes possèdent une richesse en coraux, poissons et oiseaux qui dépasse celle de la grande barrière, des nouvelles espèces sont découvertes à chaque exploration, celle-ci ne faisant pas exception à la règle semble-t-il car certaines éponges photographiées n’ont pas encore pu être identifiées. Il y a plus de 3000 îles dans le Kimberley qui pour la plupart restent inexplorées, aucun humain n’a jamais mis les pieds sur certaines d’entre elles. Mais il se pourrait bien que cette terre vierge soit sur le point de disparaître dans indifférence générale.

KimberleyyWhale00.jpg

La population est divisée ici entre les amoureux du dollar et les amoureux de la nature. Au centre région se trouve la ville de Broome qui est jumelée avec Taiji*. J’ai assisté à la visite du représentant du musée des baleines de Taiji , venant rendre hommage à ses ancêtres dans le cimetière japonais de la ville. L’année dernière, suite au succès du film « The Cove », la fête du Shinju Matsuri qui célèbre les différentes communautés a été perturbée, et le jumelage avec Taiji rompu. Mais les choses ici apparaissent plus compliquées qu’au cinéma. Les protestations contre l’horrible massacre des dauphins se sont transformées en profanations de tombes et insultes racistes constantes envers des gens qui pourtant protègent les cétacés.

* Taiji est une ville côtière japonaise ; siège annuel du massacre de quelques milliers de dauphins et principal lieu de tournage du documentaire « The Cove » qui dénonce les massacres de dauphins au Japon. Suite à la diffusion de « The Cove », la commune de Broome avait mis fin au jumelage avec Taiji puis s’est finalement retractée…

Il semblerait, toutefois, queles autorités de Taiji utilisent les profanations detombes japonaises de Broome à leur avantage. D’ailleurs je n’ai pas trouvé dans les journaux locaux de Broome un seul article sur les tueries de Taiji. Ils vont même jusqu’à dire que les fêtes de Shiju Matsuri n’ont jamais été aussi importantes que l’année dernière. Alors que c’est faux car les habitants de Broome disent qu’elles ont été sérieusement perturbées par des mouvements de protestation. Le fait est que Taiji exerce sur Broome tout un tas de pressions. Et il y a un sacré décalage entre ce que pense la majorité des habitants de Broome et la position officielle de son conseil municipal.

BroomeAdvertiser26_08_10.jpg

Afin que les différentes communautés de cette ville cosmopolite puissent vivre en paix, Broome est à présent de nouveau jumelée avec Taiji, le conseil municipal ayant spécifié qu’en aucun cas il ne soutenait les massacres de cétacés. Malheureusement, le film « The Cove » est devenu tabou ici à cause de ces excès.

Pourtant les défenseurs des cétacés et de la nature s’accrochent.

Richard Costin, avec lequel j’ai mené ces recherches sur les baleines et récifs, a par le passé menacé de quitter la ville après avoir découvert les tueries de Taiji. Sa lutte pour les baleines à bosse et pour les environs vaut le coup d’être soutenue.

Cette zone du monde n’a malheureusement pas fait l’objet d’un film à Oscar, mais une richesse comparable à celle des grandes forêts amazoniennes est sur le point de disparaître dans l’indifférence quasi générale.

amitiés marines,
Rémi mennerat

contact@remi-mennerat.com

Patchwork00_RemiMennerat.jpg

Sources & liens/contacts en rapport :

wilderness.org.au

[1] Il s’agit du groupe le plus ancien et le plus actif d’Australie. Il a un groupe local en Australie occidentale.

Jenita.Enevoldsen@wilderness.org.au

[2] Jenita Enevoldsen, représentante de la Wilderness societyet biologiste lors de l’expédition.

josh.coates@wilderness.org.au [3] Josh Coates, le responsable de ce groupe dans la région.

kimberleymedia.com.au

[4] Il ne s’agit pas d’un groupe de protection à proprement parler. Ce sont Richard Costin et Annabelle Sandes, photographes naturalistes et militants très actifs dans cette région. L’expédition à laquelle j’ai pris part a été leur initiative (avec l’aide de la Wilderness Society). Ils m’ont dit qu’ils seraient ravis de donner quelques photos dans un but non lucratif pour aider à défendre la région et les cétacés.

kimberleymedia@bigpond.com

[5] Contact en rapport

environskimberley.org.au

[6]

savethekimberley.com

[7]

Broome : Shire cancels Shinju float parade

[8]

Broome : Japanese cemetary desecrated

[9]

Whale nursery ‘bigger than expected’

[10]

Whale nursery to clash with gas hub : report

[11]

Kimberley Whale Survey Trip 2010 – new nursery areas identified!

[12]

likenowhereelse.org.au

[13]

Agir en faveur des baleines contre ce projet !

(cliquez sur le lien, 2 minutes suffisent pour signer la pétition)

 

 

 

La pollution menace les récifs coralliens de la Mer Rouge
En Ecoute facile : la baleine vue par Jules Michelet...