Les idées visionnaires du commandant…

En 2010, le commandant Cousteau aurait eu 100 ans. C’est ainsi que commence la quatrième de couverture de l’ouvrage de Marc Muguet, « Après Cousteau – Le futur de l’océan », paru cette année, aux éditions Yago. À partir de textes et d’épisodes marquants des aventures de Cousteau, l’auteur a imaginé sept missions dans les profondeurs de la mer, évoquant les grandes thématiques de la grande bleue : les grands fonds, la surpêche, la pollution, la biodiversité, l’adaptation de l’humain à l’océan, la montée des eaux et les générations futures.

« J’ai commencé à l’écrire en avril 2009, confie l’auteur et je l’ai terminé au bout d’un an et demi de travail. » Loin de proposer une énième biographie du cinéaste marin au bonnet rouge, Marc Muguet a préféré utiliser le travail de Cousteau, visionnaire s’il en est, pour dresser un bilan de l’état actuel de l’océan et mettre ainsi en avant des problématiques terriblement d’actualité aujourd’hui.

« On peut dire qu’il y a eu un avant, un pendant et un après Cousteau. Personne au monde ne personnifie mieux l’océan que cet homme. Il a tourné toute une génération d’êtres humains vers la mer. » Dont Marc Muguet, avec un papa plongeur l’initiant à cette pratique, passionné dès l’enfance par les aventures du commandant Cousteau, devenu pilote d’hélicoptère dans l’armée, sauveteur, ancien champion de natation, et fervent pratiquant du bodysurf. « Son seul objectif était de défendre l’océan. Il était visionnaire et on le critiquait pour cela d’ailleurs, car il n’était pas un scientifique, il proposait une vision globale, c’était un grand communicant. »

Problématiques actuellesBien que l’océan recouvre les trois quarts de la planète, cette étendue d’eau peut donner l’illusion de ne pas être le théâtre de changements radicaux, Marc Muguet estime à deux tiers la proportion d’humains pensant que l’océan est en bonne santé. Pourtant, c’est le contraire. « Cousteau dénonçait déjà la surpêche à l’époque, tout comme les problèmes d’adaptation de l’humain à la mer. Ces deux problématiques sont au cœur de l’actualité aujourd’hui. »

Marc Muguet et Hugo Verlomme, responsable des éditions Yago et écrivain (tout aussi farouche défenseur de l’océan), aiment à rappeler que Jacques-Yves Cousteau a été le premier à barrer un convoi de déchets nucléaires de l’usine de Marcoule. C’était en octobre 1960. « Décision avait été prise de jeter des déchets nucléaires français dans la Méditerranée. Cousteau a mobilisé les élus locaux, les médias, il a participé à la première manifestation antinucléaire au monde. Il s’était même mis en travers des rails », raconte Marc.

Le nucléaire donc, la chasse à la baleine, les marées noires, pour ne citer que ces thèmes chers au commandant. « C’est définitivement un livre tourné vers le futur », continue Hugo Verlomme. « L’océan est une de nos ressources principales. Les leçons d’hier sont encore valables aujourd’hui. Ce projet s’adresse aussi aux nouvelles générations. Beaucoup de jeunes autour de 20 ans ne connaissent pas Cousteau et son travail. » À travers ces idées visionnaires, ce livre crée un véritable lien « intergénérationnel ». La préface est signée Paul Watson, le fondateur de la Sea Shepherd Conservation Society, un organisme international particulièrement actif dans la lutte contre la pêche baleinière.

« Après Cousteau – Le futur de l’océan » de Marc Muguet. Aux éditions Yago.marc_muguet.jpg

Source : sudouest.fr  (01.01.11)

Un portable usagé vous encombre ? Déposez-le simplement dans une agence Guy Hoquet partenaire de l'opération !
Nouveauté 2011 : devenez Membre Tursiops ou Membre Megaptera !

Laisser un commentaire