Un Marckois pense avoir surfé à côté d’une baleine… C’était tout sauf un effet d’optique !

Pratiquant régulièrement le surf sur les plages de Sangatte, Christophe a fait une rencontre surprenante. Il a croisé une baleine ! …

Le point sur cette originalité avec Jean-Michel Charpentier, patron de la Ligue protectrice des animaux de Calais.Mardi, entre la plage du radar à Sangatte et la bouée verte, Christophe avait sorti son surf. «C’était à marée montante. Mon regard a été attiré par une tâche sombre à moins de 500 mètres du rivage et en moins d’une seconde, elle avait disparu.» Ce Marckois est un habitué des lieux «et il est fréquent de rencontrer des phoques, joyeux mammifères très curieux». Alors qu’il s’attendait à voir sortir une de ces bestioles avec deux gros yeux braqués sur lui, « c’est un grand cétacé navigant à vive allure en direction de Dunkerque qui est apparu. Il multipliait les plongées de dix à vingt secondes. Le rejet de l’eau par l’évent n’était pas vertical mais oblique, et l’aileron discret non dentelé… » Seul regret : « Je n’ai pas vu la tête de l’animal… En dix ans de navigation, c’est la première fois que je rencontre un animal vivant de cette taille. » En effet, un cétacé (il s’agirait d’une baleine à bosse) est présent sur le littoral depuis quelques jours. « Un phénomène qui n’est pas rare mais toujours surprenant », confie Jean-Michel Charpentier, directeur de la LPA, qui sort cinq classeurs remplis de fiches descriptives. « Les affaires maritimes, les pêcheurs, les plaisanciers… toutes celles et ceux qui pratiquent en mer ont, normalement, des fiches que nous avons distribuées. Elles permettent d’identifier les mammifères marins originaux, que l’on ne croise pas tout le temps… Ces données, nous les remontons au centre de recherche de mammifères marins basé à La Rochelle. » Scientifiques, biologistes… analysent ces données, dressent des statistiques, font de la recherche en fonction des prélèvements réalisés sur les individus échoués. « Le pas de Calais est un passage possible entre les océans Arctique et Atlantique. Il arrive que ces cétacés se rapprochent trop près de nos côtes et se fassent piéger par les sables. »  (C) Christopher DiNottia_Flickr.jpg En 1994, un grand rorqual de 35 tonnes s’est échoué à Waldam. En 2008, « chose plus rare », deux mésoplodrons (baleine à bec) ont été retrouvés à Sangatte… « On nous signale des espèces de dauphins, de marsouins, de petits requins proches du chien de mer, des phoques bien sûr, des globicéphales (baleine-pilote), baleines à bosse, des rorquals communs… » Le but de Jean-Michel Charpentier et de son équipe est d’intervenir dès que la vie de l’espèce est en danger.

Raison pour laquelle il est indispensable de leur signaler ces présences.

LPA. – 03 21 34 76 02.
Des fiches descriptives sont disponibles au centre situé rue Jacques-Monod.

Source : lavoixdunord.fr  (13.01.11)   Voir également : Sangatte : une baleine à bosse observée dans le détroit du Pas de Calais…   

Baleine à bosse au large des caps : les scientifiques sur le qui-vive...
Guadeloupe : le Catadive sur la piste des cétacés...