Vers une nouvelle aire marine protégée gérée en Tunisie…

Avec ses 1300 ha, l’Aire Marine et Côtière Protégée (AMCP) de Cap Négro-Cap Serrat est en cours de création grâce à l’appui du Projet MedPAN Sud piloté par le WWF Méditerrannée.

Elle fait partie du Parc National de Jebel Chitana – Cap Négro, aire protégée terrestre de 10,122 ha, décrétée le 5 juillet 2010. A cheval entre deux gouvernorats, Beja et Bizerte, et sous la tutelle de deux institutions, l’Agence de Protection et d’Aménagement du Littoral pour la partie marine et la Direction Générale des Forêts pour la partie terrestre, la création de l’AMCP de Cap Négro-Cap Serrat est un projet complexe qui nécessite un appui institutionnel et une structure durable.

Prenant la suite du projet SMAP III, ce projet pilote d’une durée de 4 ans (2009-2012) met le WWF Méditerranée, Bureau de Tunis, au coeur de l’action. Il oeuvre en effet, en concertation avec les institutions Nationales et les acteurs concernés, pour établir et faire fonctionner l’unité de gestion de l’APMC, qui sera intégrée dans le plan d’action GIZC de la région des Kroumirie et des Mogods. Un comité de pilotage national a également été mis en place.

L’équipe de gestion l’APMC sur le terrain est déjà recrutée, et elle l’a été directement par l’APAL. Comme le souligne Sami Dhouib du WWF Méditerranée bureau de Tunis et coordinateur du projet : « Nous avons tenu à transférer les budgets du projet de recrutement à l’APAL directement afin d’assurer la pérennité de l’équipe au-delà du projet MedPAN Sud qui se termine en 2012 ». Le CRDA (Commissariat régional de Développement Agricole) de Beja, la DGF (la Direction Générale des Forêts) et l’APAL ont également organisé en 2009 et 2010 l’infrastructure nécessaire (locaux et équipements). Dolphins (C) r3dc3ll_FLickr.jpgEn parallèle, le WWF a travaillé avec ses partenaires pour mettre en place la signalétique de l’APMC, selon une charte commune à toutes les aires protégées marines et terrestres et à tous les sites RAMSAR en Tunisie. C’est une première dans le pays.

Le projet a également réalisé une étude sur les mécanismes de financement durable de l’AMPC de Cap Négro-Cap Serrat pour lui assurer longévité et efficacité. Cette étude pilote est aussi une première du genre en Tunisie et sera présentée prochainement aux différents Ministères concernés (Environnement, Agriculture, Finances) en vue de l’établissement de lignes guides pour le financement durable des aires protégées en Tunisie.

Le plan de gestion à 5 ans est en cours d’élaboration et sera prêt pour 2011. La majorité des études nécessaires on déjà été réalisées au sein du projet. Le protocole de suivi de la biodiversité du parc par exemple a été mis en oeuvre avec le soutien des accords de mise en oeuvre du projet MedPAN Sud.

Le dernier volet du projet se concentre sur le renforcement des capacités de tous les acteurs impliqués ainsi que sur la sensibilisation et l’information des jeunes et de la population locale. Des activités ont déjà été mises en place par exemple pour promouvoir des activités alternatives génératrices de revenu (utilisation des nasses, production d’huile de lentisque…) ou pour développer un programme d’éducation à l’environnement dans les écoles.

Le projet MedPAN Sud est piloté par le WWF Méditerranée. Il vise à améliorer et consolider les capacités au Sud et à l’Est de la Méditerranée pour établir de nouvelles AMP, mieux gérer celles qui existent et renforcer MedPAN, le réseau des gestionnaires d’AMP.
www.panda.org/msp

Le Projet MedPAN Sud fait partie du projet MedPartnership, « Partenariat stratégique pour le grand écosystème marin de la Méditerranée », piloté par le PNUE.
www.medpartnership.org
Source : medpan.org  (25.01.11) 

Banc d'Arguin, un bout du monde très surveillé...
Les grands fonds au menu de la Conférence biodiversité marine à Monaco...