Consommation record de poisson en 2010 : la FAO s’inquiète…

Dans un rapport publié lundi 31 janvier à Rome, les experts de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) révèlent que la consommation de poisson a atteint des records en 2010 et que les réserves mondiales sont à reconstituer d' »urgence ». La contribution du poisson à l’alimentation a atteint un niveau sans précédent, de près de 17 kilos par habitant en 2010 : le poisson assure au moins 15 % des besoins moyens en protéines animales de plus de 3 milliards de personnes, note la FAO. Selon elle, « cet accroissement s’explique principalement par le développement de l’aquaculture, qui est appelée à dépasser les pêches de capture comme source » d’approvisionnement en poisson.La FAO constate également qu' »aucune amélioration n’a été observée dans la situation des stocks halieutiques ». Les stocks mondiaux de poisson, surexploités, épuisés ou en phase de reconstitution, sont légèrement supérieurs à ceux de 2006, à environ 32 % du total, et « doivent être restaurés d’urgence », souligne le rapport. « Le fait que la situation des stocks ne se soit pas améliorée est source de grande préoccupation », a déclaré Richard Grainger , expert à la FAO et l’un des responsables éditoriaux du rapport. « Le pourcentage de surexploitation doit régresser, même s’il semble que nous ayons atteint un plateau. »  Chalutiers--C-US-NOAA.jpg AMÉLIORER LA TRANSPARENCELes auteurs du rapport préconisent « l’intensification des efforts visant à resserrer les contrôles dans le secteur », avec, par exemple, des mesures commerciales contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée. Ces dispositions visent à interdire l’accès au commerce international des produits résultant de ces pratiques, afin d’améliorer la gestion du secteur et réduire les niveaux de surexploitation. Selon une récente étude, le coût de la pêche illégale et non déclarée représenterait entre 10 et 23,5 milliards de dollars par an.Le rapport évoque également la proposition d’un registre mondial des navires de pêche. L’idée est d’attribuer un « numéro d’identification unique » à vie à chaque navire, immuable quels que soient ses changements de propriétaire ou de pavillon. Cette mesure de transparence faciliterait le travail de la police maritime luttant contre les activités de pêche illégale.Au total, les pêches et l’aquaculture font vivre 540 millions de personnes, soit 8 % de la population mondiale.Source : lemonde.fr   (31.01.11) 

L'histoire du port de Rouen et de la Seine...
Australie : BP autorisé à procéder à des travaux d’exploration...

Laisser un commentaire