Les baleines, le plus grand des spectacles !

Dans un petit bateau pneumatique, un groupe d’observateurs cesse de respirer. Les coeurs battent la chamade. Le temps suspend son cours. Elle approche, la plus grande bête de la Création. Son souffle tonne et transperce l’onde. Elle glisse hors de l’eau sans faire une ride puis plonge en saluant ses admirateurs de la queue.

On vient de partout dans le monde pour assister au plus extraordinaire spectacle animalier qui soit. Pas un cirque, pas un zoo ne rivalise avec cette démonstration combinée de puissance et de douceur, dans un environnement naturel grandiose.

L’estuaire et le golfe du Saint-Laurent accueillent chaque été un nombre grandissant de représentants de la plus imposante espèce animale que la Terre ait porté. Même les dinosaures auraient l’air de caniches à côté d’un rorqual bleu. Et nous avons l’extrême privilège de pouvoir approcher ces «monstres» magnifiques, de les voir et de les entendre. Megaptera_novaeanglia_jumping - PUBLIC DOMAIN- NOAA.jpgDes baleines

Sur le Saint-Laurent, on peut observer plusieurs espèces de baleines lors d’excursions commerciales ou, comme le font de plus en plus de mordus, en kayak de mer. Presque à coup sûr, on risque de tomber sur un petit groupe de rorquals communs, les deuxièmes plus grands mammifères. Puisque, ne l’oublions pas, les baleines sont des vaches géantes.

Outre ce titan de mille tonnes, qui est le plus remarqué dans les parages de Tadoussac, on voit aussi fréquemment des petits rorquals, qui pèsent quand même jusqu’à 100 tonnes et qu’on appelait autrefois Gibar. Cette petite baleine enjouée s’approche très souvent des embarcations ou de la côte. On la voit même régulièrement pénétrer dans la baie de Tadoussac et dans le fjord du Saguenay.

Les plus chanceux des écotouristes apercevront une immense masse bleutée émerger comme une île, le plus imposant animal à avoir vécu sur la planète. C’est le rorqual bleu: 30 mètres de longueur, jusqu’à 135 000 kg. Parfois, à cause d’une raideur articulaire, le rorqual bleu lance sa nageoire caudale en l’air avant de sonder, offrant un spectacle saisissant et fort goûté des connaisseurs. D’autre part, la baleine qui lève la queue à tous les plongeons ou qui bondit hors de l’eau comme un saumon de 30 tonnes, est de plus en plus présente dans le secteur des Escoumins. Mais elle n’est pas la seule même si on la voit sur toutes les photos promotionnelles.

Source : cyberpresse.ca  (15.05.11) Voir également :Rencontrer les Cétacés en milieu naturel…  

La Réunion : dernière saison de test pour la charte baleine...
Les cétacés observés en avril au large du Gris-Nez étaient-ils des orques ?

Laisser un commentaire