Le 13 juin : le jour où nous commençons à manger le poisson des autres !

Contexte : Dans les semaines à venir, plusieurs États membres de l’UE vont atteindre leur jour de dépendance à l’égard du poisson. Il s’agit du jour de l’année audelà duquel l’État devient théoriquement dépendant des produits de la mer provenant d’eaux non communautaires. Pour l’UE, le jour de dépendance à l’égard du poisson est fixé au 2 juillet 2011. (C) Chloe YZOARD22.jpg(Paris, 13 juin 2011) – Un rapport publié ce jour par la nef (new economics foundation) et OCEAN2012 montre que si les Français mangeaient uniquement le poisson pêché par leur bateaux dans les eaux européennes ou issus d’élevages français, ils arriveraient à court de poisson le 13 juin et commenceraient à dépendre des poissons et fruits de mer du monde entier à partir du 14 juin, en se basant sur leur consommation actuelle.

Le rapport intitulé « Fish Dependence: The increasing reliance of the EU on fish from elsewhere » révèle dans quelle mesure les États membres de l’UE importent du poisson en exportant et/ou en encourageant la surpêche. Les stocks halieutiques sont une ressource renouvelable ; pourtant, selon les chiffres de la Commission européenne, nous y puisons des poissons plus vite que les stocks ne sont capables de se reconstituer. Nous partons alors à la pêche au poisson des autres.

En France, le jour de dépendance à l’égard du poisson survient bien plus tôt que pour l’UE dans son ensemble : le 13 juin pour l’une contre le 2 juillet pour l’autre. « L’UE dispose des zones de pêche les plus vastes et parmi les plus riches au monde, mais nous ne sommes pas parvenus à les gérer de manière responsable. Afin de satisfaire notre appétit toujours plus insatiable pour les produits de la mer, la surpêche est désormais encouragée dans d’autres parties du monde, » a indiqué Stéphan Beaucher, conseiller politique sur la PCP pour OCEAN2012. « Pour mettre un terme à cette tendance désastreuse, il faut de toute évidence rétablir le bon état des stocks halieutiques européens en les ramenant à des niveaux où ils peuvent être pêchés de manière durable, et consommer uniquement les produits que nous pouvons pêcher sans problème. »

« La France, à l’instar de l’Espagne, occupe le haut du classement des pays pêcheurs de poisson de l’UE. Il est dommage que la volonté de la France de garantir l’avenir des stocks halieutiques ne soit pas à la hauteur de son appétit pour les produits de la mer, » a déclaré Rupert Crilly de la nef/OCEAN2012 et coauteur du rapport.

« Ce rapport montre de quelle manière les États membres de l’UE, suite à l’échec de la gestion de leurs propres stocks halieutiques, prélèvent désormais du poisson hors de leurs frontières plutôt que de chercher à remettre en état leurs propres stocks halieutiques. En consommant plus de poisson que les eaux de l’UE ne peuvent en produire, nous jouons avec l’avenir des stocks halieutiques et des communautés dépendant de la pêche. Nous mettons en péril des emplois et des moyens de subsistance tant au sein de l’UE qu’audelà, a ajouté Rupert Crilly de la nef/OCEAN2012 et coauteur du rapport.

« La crise bancaire nous a montré le danger qu’il y a à vivre audelà de nos moyens financiers. Un danger plus grand encore consiste à vivre audelà de nos moyens environnementaux. La bonne nouvelle, c’est que la réforme de la politique commune de la pêche de l’UE peut nous permettre de renverser cette situation. »

Le rapport indique que :* Le jour où la France devient dépendante à l’égard du poisson survient désormais 6 semaines plus tôt qu’en 2000, révélant l’augmentation du niveau de dépendance à l’égard du poisson provenant d’ailleurs. Cette situation est essentiellement due à une chute des captures dans des stocks de poissons appauvris.
* L’aquaculture a seulement ralenti, et non pas enrayé, l’augmentation de la dépendance de la France à l’égard du poisson provenant d’ailleurs. Si nous excluons la production aquacole, la France devient dépendante à l’égard du poisson 5 semaines plus tôt (le 7 mai).
* La France commence à dépendre des importations de poisson dès le 13 juin, ce qui la place en avance par rapport à la moyenne de l’UE des 27 (2 juillet), à l’instar de l’Espagne (8 mai), du Portugal (26 avril), de l’Allemagne (27 avril) et de l’Italie (30 avril).
* Chaque Français consomme 34,2 kg de poisson par an, ce qui représente le double de la consommation mondiale de poisson qui s’élève à 17,1 kg par an et par personne, et une consommation au-dessus de la – moyenne européenne (22,1 kg).
* Les effets de la surpêche de nos propres stocks halieutiques dans l’UE, et donc de la disponibilité du poisson sur les marchés et les étals des supermarchés, sont masqués par les poissons importés d’autres régions du monde.

« Ce rapport souligne le fait que, si l’on veut des poissons et fruits de mer issus d’une production durable, nous devons nous assurer que les décideurs politiques adoptent et mettent en oeuvre une politique de la pêche responsable. La réforme de la politique commune de la pêche de l’UE doit garantir la viabilité de la pêche européenne au lieu d’importer des quantités toujours plus importantes de poisson en exportant la surpêche, » a poursuivi Stéphan Beaucher, conseiller politique sur la PCP pour OCEAN2012.

1. À propos de la nef

La nef (new economics foundation) est un groupe de réflexion et d’action indépendant qui inspire et démontre qu’un véritable bien-être économique est possible. Nous cherchons à améliorer la qualité de vie en mettant en avant des solutions innovantes qui défient le courant de pensée dominant sur les questions économiques, environnementales et sociales. Nous travaillons en partenariat et faisons passer les gens et la planète en premier.

2. À propos d’OCEAN2012 OCEAN2012 est une alliance d’organisations ayant pour objectif la transformation de la politique européenne de la pêche, afin de mettre un terme à la surpêche et aux pratiques de pêche destructrices et pour assurer uneutilisation juste et équitable de ressources halieutiques en bon état. OCEAN2012 a été lancée et est coordonnée par le Pew Environment Group, section dévolue à la conservation de Pew Charitable Trusts, organisation non gouvernementale dont le but est de faire cesser la surpêche dans les océans du monde entier. Les membres fondateurs d’OCEAN2012 sont la Coalition pour des accords de pêche équitables (CAPE), Ecologistas en Acción, le Fisheries Secretariat (FISH), la nef (new economics foundation), le Pew Environment Group et Seas at Risk (SAR).

RESPONSABLE DES RELATIONS AVEC LA PRESSE
Elsa Weill, +34 660 625 977
elsa@communicationsinc.co.uk
AUTEURS DU RAPPORT
Rupert Crilly, +44 7946 155187
Aniol Esteban , +44 7951 648 914
OCEAN2012
Stéphan Beaucher, +33 6 27 66 14 81
Nicole Aussedat, +33 6 74 87 75 43

Nicole Aussedat
Coordinatrice France OCEAN2012
+(33)1 45 25 27 39 – +(33)6 74 87 75 43
5, rue de l’Assomption, 75016 Paris – France
www.ocean2012.eu
 Télécharger le communiqué de presse fichier pdf  Actualité récente en rapport : Une faim de poissons issus de la pêche responsable…    Pêcher des déchets plastiques plutôt que du poisson !   Des espèces de poissons menacées servies au menu des écoliers !

 
Voir également :
 
 
 
 
Une décharge en mer en train de se former après le tsunami au Japon...
Les océans pour les nuls !