Un baleineau s’échoue à Carry…

Fait rare, une petite baleine à bosse a été découverte morte, hier matin, face au Pain de sucre

Hier, les spécialistes du Parc marin et du Gecem ont effectué des prélèvements sur le cétacé retrouvé mort à Carry.

Les habitants de la Côte bleue sont, malheureusement, « habitués » à voir s’échouer, sur leurs rivages, des dauphins. Chaque année, presque une dizaine d’entre eux, victimes de la pêche, d’accidents avec des véhicules à moteurs ou, tout simplement, de maladies, sont retrouvés morts sur les plages entre Carry et Sausset, pour une cinquantaine en Méditerranée.

Hier, si les Carryens ont bien découvert un cétacé mort, il ne s’agissait pas d’un dauphin, mais d’une baleine à bosse, ou plutôt d’un jeune baleineau femelle de 7,80m (et environ 5 tonnes), une espèce rare en Méditerranée. La dernière avait été observée par des chercheurs en face de la ville de Savona, située dans le Nord de l’Italie. Quant à la baleine de 15 mètres qui s’était échouée à Fos-sur-Mer le 7 mai 2009, il ne s’agissait « que » d’un rorqual commun, habitué de nos rivages.

C’est dire si cette découverte intrigue les scientifiques qui se sont succédé à son chevet toute la journée. L’examen du corps de l’animal n’a pas permis de mettre en évidence la cause de sa mort: aucune trace d’hélice ni de filet de pêche n’a été trouvée. Divers prélèvements ont été effectués en attendant une hypothétique autopsie, aujourd’hui si elle a lieu, qui permettra de déterminer de quoi est décédé cet animal.

« Ces espèces sont des grandes migratrices communes dans tous les océans du globe mais très rares en Méditerranée, explique le vétérinaire du Groupe d’étude des cétacés en Méditerranée (Gecem) Franck Dhermain. Il s’agit seulement de la deuxième mention de l’espèce en France, la dernière, un jeune, s’étant échouée à Cavalaire en 1994. Ce qui m’interpelle, c’est qu’il s’agit d’un baleineau et que dans cette espèce, une mère perd rarement son petit. À moins qu’elle n’ait été heurtée, elle-même, du côté de l’océan Atlantique et que son petit se soit égaré par le détroit de Gibraltar jusqu’en Méditerranée. »

Il sera certainement très difficile de trouver la raison de la présence de ce mégaptère à Carry. Hier, en tout cas, des centaines de curieux sont venus contempler ce spectacle morbide. De nombreux bénévoles (Plongée passion, l’équipage du Sirius 2, la pilotine du sauvetage et de surveillance en mer de la Côte bleue) ou encore l’équipe du Parc marin ont participé aux opérations de remorquage du baleineau. Le cétacé devrait être évacué des eaux carryennes ce matin.

Ne pas toucher

Dauphins et baleines sont susceptibles d’être infectés par des maladies transmissibles à l’homme; il ne faut jamais toucher le corps d’un animal échoué. Prévenir dans ce cas, le Réseau échouage du Gecem (04 91 26 72 25), le parc marin (04 42 45 45 07 / 06 87 230 221) ou les pompiers.

Source : laprovence.com  (14.06.11) Autre vidéo : maritima.info   Actualité récente en rapport :

Nouvelle-Zélande : échouage d’une baleine bleue pygmée…   

Ile de Sein : une baleine échouée sur une plage…   Un cachalot s’échoue sur les côtes anglaises…  Algérie : deux cachalots échoués à Achaâcha…  

Une baleine échouée sur une plage de Corse...
Pénestin : un dauphin s'échoue sur la plage de la mine d'Or...