Brusc : un dauphin dans le port… Finalement retrouvé mort…

Brusc : Un dauphin dans le port

Depuis trois jours, un dauphin arpente le port du Brusc et ses alentours. De quoi attirer la curiosité. Mais attention, interdiction de plonger et de l’approcher.

Un dauphin arpente depuis près de trois jours les abords du port. Aujourd’hui il est resté un grand moment au niveau du quai de la prud’homie. Ils étaient très nombreux à l’observer et à le photographier en fin d’après-midi. Françoise, de l’association « SOS grand bleu » était sur le quai lundi soir et prenait photos et vidéo pour les envoyer au siège de l’association à Saint Jean Cap Ferrat. Il est probable que le dauphin s’est égaré suite aux différentes intempéries. L’association a d’ailleurs contacté le maire de Six-Fours pour un « rappel à la loi », à savoir l’interdiction pour quiconque de plonger et de l’approcher. Une demande de surveillance a aussi été formulée. Le Groupe d’étude des cétacés de Méditerranée (GECEM) et les pompiers sont déjà venus pour observer le dauphin. Le docteur-vétérinaire Franck Dupraz a constaté la bonne santé du cétacé. Il n’y a plus qu’à espérer que le dauphin retrouve son chemin. Mais, surtout, interdiction formelle de plonger.

Source : six-fours.net  (21.11.11) stripeddolphins2_sefsc (C) NOAA.jpg Le Brusc – Le dauphin a finalement été retrouvé mort

C’est du côté de la base nautique que le dauphin a été retrouvé mort. Mardi en fin d’après-midi, les agents du service sécurité plage ont sorti le cétacé qui sera ensuite examiné par un vétérinaire.

Beaucoup de curieux ont cherché le dauphin dans la journée de mardi espérant le voir. Hélas le cétacé n’était plus en vie. C’est Romain, responsable du Yacht club, qui a découvert le dauphin et averti la capitainerie. Il se trouvait sous une petite embarcation à la base nautique. Patrice, Claude et Vincent, trois agents du service sécurité plage sont ensuite intervenus. Ils ont fait entrer leur camion muni d’une grue pour sortir l’animal de l’eau. Habitués à ce genre de manœuvre, ils l’ont effectuée très rapidement. L’un d’eux nous disait: « il n’y a pas de blessures apparentes, cela arrive deux à trois fois par an que ces dauphins viennent mourir dans les alentours du port. Je pense qu’il s’agit d’un adulte et il doit peser moins de 100 kg ». Contacté par téléphone, Jean-Pierre Sidois directeur de « SOS grand bleu » et membre de la commission échouage liée au Groupe d’étude des cétacés de Méditerranée, nous disait: « on a été prévenu par la mairie ; un vétérinaire va effectuer les analyses. Le dauphin sera amené au centre d’équarrissage à Carnoules ».

Patrick Lelong, de l’institut océanographique Paul Ricard, qui avait signalé la présence du dauphin aux autorité compétentes, nous apporte ces précisions intéressantes: « les mammifères marins et les tortues marines sont des espèces protégées. Les actes de transport ou de prélèvements nécessitent donc une autorisation de capture, de prélèvement et de transport d’espèce protégée ». Cela se nomme la « carte verte », délivrée aux personnes compétentes, et permettant des interventions rapides avec toutes les informations nécessaires. Par exemple l’institut océanographique n’est pas habilité à intervenir sur les cétacés mais, par contre, peut le faire sur les tortues marines. Et de nous expliquer la coordination des différents réseaux avec le Réseau National des Échouages, le Groupe d’Étude des Cétacés de Méditerranée et le Réseau Tortues Marines de Méditerranée Française rassemblant les personnes compétentes (scientifiques, vétérinaires…) et dûment habilitées pour les interventions sur ces espèces protégées. C’est important de le savoir et comprendre qu’un dispositif spécifique existe pour ces espèces protégées, et que bien entendu, il faut éviter toute initiative si ce n’est le signaler.

Des analyses seront effectuées

Concernant ce dauphin, nous reviendrons dans les jours qui viennent sur les causes de sa mort, et pour connaître aussi son origine. Orion Martin, un des meilleurs mondiaux en Hobie-cat 16 était présent sur les lieux et nous délivrait son avis: « je pense qu’il s’agit d’un dauphin bleu et blanc, dit Stenella coeruleoalba ». On n’en saura un peu plus mercredi ou jeudi.

Source : six-fours.net  (22.11.11) Actualité récente en rapport : Damgan (56) – Le marsouin n’a pas survécu…  

Le dernier cachalot échoué en Tasmanie n’a pas survécu...
Damgan (56) - Le marsouin n'a pas survécu...