Echouage massif de baleines à bec en mer Ionienne : la suite…

04.12.2011. Du 27 Novembre au 02 Décembre, la marine italienne a mené un exercice d’envergure connu sous le nom de « Mare Aperto » en mer Tyrrhénienne (centre-sud), en mer Ionienne et dans l’Adriatique. Cet exercice inclut une surveillance aérienne et des lancements depuis la mer. Dans le passé, « Mare Aperto » comptait au moins 12 navires, incluant frégates et porte-avions.

Au moins l’un des navires participant à l’opération cette année est une frégate italienne, lance-missiles, appartenant à la classe Maestrale (qui comprend huit vaisseaux) et appelée le _Scirocco _(F573). Ce navire est équipé de deux systèmes de sonars actifs : le DE 1160B, similaire au AN/AQS-56 [1] de la marine américaine et le VDS DE 1164, version profondeur-variable du même système.

Aucun lien ne peut être actuellement établi entre l’échouage massif des baleines à bec de Cuvier et cet exercice naval. Toutes les hypothèses doivent être envisagées, notamment l’étude d’autres sources sonores d’origine anthropique. En attendant, il devient urgent qu’ ACCOBAMS [2] (Agreement on the Conservation of Cetaceans in the Black Sea, Mediterranean Sea and contiguous Atlantic area / Accord sur la Conservation des Cétacés de la Mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente) prenne ses responsabilités et obtienne des informations précises sur la nature, la durée et la localisation des activités relevant de « Mare Aperto » ainsi que sur l’utilisation des sonars actifs.

[1] articles.janes.com [2] accobams.orgSource :  cetacesetfaunemarine.wordpress.com Actualité récente en rapport :Nouvel échouage en masse de baleines à bec : une origine anthropique ?

   10 Décembre 2011. Le 6 Décembre, trois nouvelles baleines à bec de Cuvier se sont échouées sur la côte Ouest de Corfou, toutes décédées : deux d’entre elles sur la même plage, la troisième à 9,3 km plus au nord. Le 7 Décembre, un autre cadavre a été découvert sur une autre plage. L’état de décomposition des animaux échoués permet de situer la mort aux alentours de celle des animaux trouvés vivants, soit le 30 Novembre. La répartition des découvertes s’étend sur la même zone que précédemment.

Des garde-côtes italiens ont confirmé le déroulement de l’opération militaire MARE APERTO/AMPHEX  2011 pendant l’échouage en masse. Cet exercice a impliqué deux sous-marins et s’est déroulé dans le Golfe de Taranto, de la côte ionienne de Calabre au point le plus à l’Est 37° 28′ N, 17° 60′ E.

Le Professeur Antonio Fernandez (Faculté vétérinaire – Université de Las Palmas de Gran Canaria) a, quant à lui, rendu possible l’autopsie de deux baleines échouées à Corfou, ce avec l’aide d’une équipe dépêchée rapidement sur zone et dirigée par le Docteur Manuel Arbelo. Grâce à l’état de fraîcheur de l’une des deux baleines, des lésions macroscopiques significatives ont été observées et seront documentées ultérieurement.

La mobilisation du Dr A. Komnenou (Ecole de Médecine Vétérinaire, Université of Thessaloniki) a permis la coordination des vétérinaires locaux pour la collecte des prélèvements des derniers échouages.

Côté italien, une autopsie partielle a été réalisée par des membres du bureau local d’IZS (Istituto Zooprofilattico Sperimentale [1], équivalent de la DSV (Direction des Services Vétérinaires) du Mezzogiorno et des biologistes de l’Aire Marine Protégée de Capo Rizzuto : échantillons frais et organes ont été prélevés et conservés dans du formol ou congelés. La tête complète a été congelée. L’examen des prélèvements a eu lieu deux jours après l’échouage.

Toutes les découvertes post-mortem seront comparées avec celles des baleines échouées de Corfou.

Vu le nombre de baleines échouées : environ 10, il est raisonnable de penser que d’autres individus ont péri en pleine mer et n’atteindront jamais les côtes ioniennes. La population locale de baleines à bec de Cuvier, de petite taille selon toute vraisemblance, a déjà subi trois échouages massifs directement corrélés à l’utilisation de sonars militaires (plus celui de l’Est de la Sicile au début de cette année).

En conclusion il y fort à craindre que les effets cumulatifs de ces dommages soient irrémédiables.

[1] izsmportici.it

Source :  cetacesetfaunemarine.wordpress.com

Russie : 100 baleines bélugas prisonnières des glaces et en danger de mort...
Un animal peut-il se suicider ?