Trois écologistes embarquent clandestinement sur un baleinier nippon…

Rebondissement dans la guerre que se livrent les militants écologistes anglo-saxons et la flotte baleinière nippone. Il y a quelques jours, dans la nuit de samedi à dimanche, trois activistes australiens réussissaient à embarquer, de nuit, à bord du Shonan Maru 2, lequel assiste et protège les navires baleiniers japonais qui croisent désormais dans l’océan austral, pour une nouvelle campagne de chasse à la baleine.     A environ 20 milles des côtes australiennes, les trois écologistes, membres de l’organisation Forest Rescue, étaient arrivés en pneumatique sans être détectés, puis avaient embarqué à l’insu de l’équipage, cela malgré le dispositif mis en place (notamment le déploiement de fils de fer barbelés autour de la coque) destinés justement à prévenir tout risque d’abordage. Les dirigeants de Forest Rescue ont expliqué cette action en indiquant que leurs trois militants voulaient ainsi empêcher le Shonan Maru de se lancer à la poursuite du Steve Irwin, un bateau de l’association Sea Shepherd, qui navigue également dans les mers du Sud afin de perturber l’activité de la flotte japonaise. Une fois leur présence à bord découverte, les écologistes se sont rendus sans violence.

Dans un premier temps, le Shona Maru a poursuivi sa route vers le Sud, ce qui a fait dire à Sea Shepherd que les trois activistes avaient été enlevés. Mais on apprenait hier qu’un accord avait été trouvé entre les autorités australiennes et japonaises. Un navire des douanes australiennes (l’Ocean Protector…) faisait route vers le Shona Maru 2, afin de récupérer les écologistes, évitant ainsi qu’ils soient gardés à bord puis ultérieurement jugés au Japon.

Lors de la campage 2009-2010, un Néo-Zélandais avait déjà réussi à embarquer clandestinement sur le Shonan Maru. Arrêté, il avait été débarqué au Japon et remis à la justice. Condamné, il avait purgé cinq mois de prison avant d’être libéré. Par ailleurs, Sea Shepherd a annoncé que le Brigitte-Bardot, son trimaran à moteur qui lutte contre les baleiniers japonais, avait été victime d’une très grave avarie, l’une de ses coques s’étant brisée alors qu’il naviguait à pleine puissance dans une mer formée avec des creux de 6 mètres. La quasi totalité de l’équipage a été récupéré par le Steve Irwin, a indiqué Paul Watson, le président de l’association. Source :  canyousea.com  (12.01.12)  Actualité récente en rapport : Les baleines toujours convoitées par les Japonais…     Le Japon sommé de rappeler sa flotte baleinière et d’abandonner l’industrie moribonde de la viande de baleine ! Sea Shepherd : l’association poursuivie par les baleiniers japonais ! Paris critique à son tour le Japon après l’ouverture de la pêche à la baleine… Action-minute – Aide post-tsunami : aidons les gens, pas les baleiniers – Signez la pétition ! Baleines : les Etats-Unis et trois autres pays condamnent la reprise de la pêche…

Chasse à la baleine : un bateau de militants écologistes en détresse…

Vendre les baleines pour les sauver ?

La consommation de viande de cétacés est en augmentation dans les pays pauvres…  Voir également notre dossier complet sur le thème :La chasse baleinière…

Baleines à déguster avec modération...
La consommation de viande de cétacés est en augmentation dans les pays pauvres...

Laisser un commentaire