Le démantèlement du cargo échoué en Bretagne a débuté…

La déconstruction du TK Bremen, échoué sur une plage du Morbihan depuis le 16 décembre, devrait durer trois à quatre semaines.  (C) Brosen_tychyship.jpgC’est un gros chantier qui démarre. La destruction du TK Bremen qui s’est échoué le 16 décembre sur les côtes bretonnes (dans le Morbihan) a démarré et devrait durer trois à quatre semaines. Le Figaro s’est rendu sur place et a pu photographier une dernière fois ce monstre d’acier de 109 mètres de long qui va être progressivement démanteler.

Un premier chantier a été lancé dès la fin décembre pour retirer l’ensemble du mobilier et l’électronique du navire qui avait été à l’origine d’un début de marée noire sur cette zone côtière de Bretagne sud. L’opération suivante qui débute vendredi est celle du désamiantage du cargo. Les autorités ont décrit cette étape comme «légère»: il y a environ 1,5 tonne d’amiante à bord qui va être retirée puis conditionnée par une entreprise, les Recycleurs bretons.

Dans la foulée démarrera le chantier de démolition proprement dit. Une grue venant de Hollande et appartenant à l’entreprise Euro Demolition a été montée jeudi sur la plage de Kerminihy à Erdeven. Elle va permettre de couper progressivement les 2000 tonnes du cargo au moyen d’une cisaille hydraulique: d’abord par blocs de 20 tonnes puis par plus petites sections. De même, la démolition démarre par la proue du navire pour progressivement aller jusqu’à sa poupe.

Site sensible

Une fois le navire démantelé, les morceaux de la carcasse d’acier seront envoyés dans les Côtes-d’Armor. Ils y seront taillés avant de partir vers une fonderie.

Les 40 professionnels présents sur place ont pour mission de détruire la cargo au plus vite. La mer continue en effet à faire pression sur le TK Bremen, notamment du fait des perturbations Atlantique qui amènent de forts vents d’ouest auxquels la plage est très exposée.

De plus, ce site est sensible et est classé Natura 2000. Les élus de la région Bretagne qui a porté plainte ont demandé à ce que place nette soit faite pour le 6 avril prochain. Mais badauds et sportifs devraient pouvoir reprendre leur droit sur cette plage dès la mi-février. L’opération devrait être en effet moins compliquée que la destruction du Rokia Delmas qui s’était échoué en Charente Maritime en 2006 ou celle du MSC Napoli échoué sur la côte anglaise en 2007.

Le chantier doit être achevé le 6 avril mais il ne devrait durer que 3 à 4 semaines si les conditions météo le permettent. Source :  lefigaro.fr  (07.01.12)  Actualité récente en rapport :  Pollution « limitée » en Bretagne après l’échouage d’un cargo…   

Pipeline Enbridge : le paradis écologique du Grand Ours menacé...
Dur été pour le marsouin aptère...