Quand le réchauffement climatique menace la faune marine…

En ce début d’année 2012, force est d’admettre que la faune marine est de plus en plus menacée par les actions de l’Homme et le réchauffement climatique. Consommation de la viande de cétacés en hausse, fragilisation des populations de phoques et remise en question de la survie des oiseaux côtiers : trois études scientifiques se sont récemment penchées sur les menaces qui planent au-dessus de certaines espèces marines.   Wild belugas pod (C) Billyboy_Flickr.jpgLa consommation de viande de cétacés progresse dans les pays pauvres

Alors que le Japon a entamé cet hiver une nouvelle campagne de chasse à la baleine, deux écologistes canadien et américain ont mené une étude selon laquelle la consommation de viande de cétacés a augmenté dans les pays pauvres. A partir de 900 sources documentaires mises bout à bout, des scientifiques ont dressé un rapport exhaustif sur les types et la quantité de mammifères marins consommés chaque année dans le monde.

La surpêche qui impacte les ressources halieutiques côtières, et la multiplication des captures accidentelles sont selon eux les deux principales causes de cette hausse. L’étude intervient alors que les associations oeuvrant pour la préservation des cétacés, comme Sea Shepherd, qui lutte actuellement contre les bateaux de pêche japonais dans l’océan Pacifique, affirment que les campagnes de chasse à la baleine ne sont pas rentables. Des assertions à relativiser au vu des résultats de ces travaux…

La fonte des glaces menace la survie des populations de phoques

Selon une étude dirigée par des chercheurs de l’Université de Duke, située en Caroline du Nord (Etats-Unis), la fonte des glaces, qui s’est accélérée à hauteur de 6% par décennie depuis 1979, augmenterait la mortalité des phoques. « Les taux de mortalité que nous observons dans l’est du Canada sont dramatiques. Cela met en question la résistance de la population », a résumé David Johnston, co-auteur de cette étude. 80 % de bébés phoques seraient morts l’année dernière en raison d’une banquise de plus en plus fine et plus rare.

Le rapport estime que la surface de la glace des pôles aura diminué de 20 % à l’horizon 2050. De quoi s’inquiéter pour l’avenir à long terme de l’espèce.

Les oiseaux marins victimes de la surpêche

D’après une étude internationale publiée fin décembre dans la revue Science, les oiseaux marins sont, à l’instar de certaines populations de poissons, gravement menacés par la pêche industrielle. A partir d’informations récoltées sur le long terme dans sept écosystèmes différents, les scientifiques ont comparé les quantités de nourritures disponibles avec le succès de reproduction des oiseaux côtiers, c’est-à-dire la capacité des individus à assurer leur descendance.

Les oiseaux marins et les pêcheurs sont directement en compétition, chaque partie « consommant environ 80 millions de tonnes de poissons par an » comme des sardines, des anchois et des harengs, massivement utilisés dans l’aquaculture et l’industrie agro-alimentaire. Ces petits poissons pèsent plus de 30 % des prises mondiales et appartiennent également au régime alimentaire des oiseaux, qui ne trouvent plus les ressources suffisantes à leur survie.

Source :  atlantico.fr  (janvier 2012)   Actualité récente en rapport :  Récentes informations sur la campagne OCEAN2012…  La consommation de viande de cétacés est en augmentation dans les pays pauvres…  

Un billet pour aller voir les dauphins libres !
Pipeline Enbridge : le paradis écologique du Grand Ours menacé...

Laisser un commentaire