Ile de la Réunion – Les plongeurs aident au suivi scientifique de la Réserve marine…

« On ne peut pas être partout, nous avons des moyens limités », avance Karine Pothin, responsable de la cellule scientifique au sein de la Réserve naturelle marine. Un constat qui a abouti à la mise en place du réseau « sentinelles du récif ». Effectif depuis le début de l’année, il réunit, pour l’heure, une vingtaine de plongeurs, amateurs et professionnels, qui, à leur manière, contribuent à la préservation de l’environnement. De par leur activité, exercée de façon régulière sur l’ensemble du périmètre protégé, ils peuvent apporter de précieuses informations concernant l’état du milieu au niveau des pentes externes. Cette collaboration officielle se décline selon deux procédés, validés par le conseil scientifique de la réserve et dont le résultat est validé a posteriori. Il y a tout d’abord « l’alerte ». Elle peut s’avérer positive, comme la présence inhabituelle d’un banc de mérous en un site donné. La constatation peut être moins joyeuse : une forte mortalité de poissons sur tel spot par exemple.

800px-Anim0920_-_Flickr_-_NOAA_Photo_Library.jpg


Un deuxième type de collaboration est envisageable. Plus délicate à mettre en place car plus contraignante pour les plongeurs. En tout cas, s’ils le souhaitent, ils peuvent consacrer quelques minutes à évaluer l’état du milieu marin en y recensant les espèces présentes. Des fiches seront bientôt disponibles sur le site internet de la réserve. Par ailleurs, les amateurs de palmes-masque-tuba pourront apporter prochainement leur pierre à l’édifice, en formulant leurs remarques sur le tombant du lagon. A long terme, l’objectif vise à élargir ce cercle pour y intégrer d’autres usagers de la mer. Afin d’améliorer les connaissances, des formations à l’attention des volontaires sont d’ores et déjà prévues. Une sortie en mer, avec les membres de la réserve et les plongeurs, s’est déroulée la semaine dernière.

C’est sur ces modèles de « science participative », généralement très bien accueillis, que l’Australie a considérablement enrichi les données sur la Grande barrière de corail.
Source : clicanoo.re (23.01.13)
Source photo : wikimedia.org 
Actualité récente en rapport : L’île La Réunion, l’une des plus belle réserve marine de l’Océan Indien…

Ocean2012 et Réseau-Cétacés se mobilisent pour une pêche responsable !
Création du parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale...

Laisser un commentaire