Destination Cétacés – Amandine Van Cauwenberghe (2013)

Tenerife, île de l’archipel des Canaries, au large du Maroc méridional, est connue pour ses eaux abondantes en cétacés. Elle est l’une des destinations internationales numéro 1 pour contempler ces animaux, ce qui attirent chaque année de très nombreux touristes.

tursiops_tenerife (23) pour site.jpg

Les observations sont possibles toute l’année. En effet, les eaux profondes des Canaries (à Tenerife, certains fonds atteignent 4000m), l’abondance en nourriture, et la situation géographique de cet archipel entre eaux froides, tempérées et tropicales, offrent un habitat exceptionnel pour diverses espèces.
Les cétacés les plus courants à Tenerife sont le globicéphale tropical, appelé aussi baleine pilote, le grand dauphin ou Tursiops, le dauphin tacheté de l’atlantique et le dauphin commun.
Mais avec un peu de chance, il est également possible de croiser (selon l’espèce et la période de l’année) des baleines à becs, des rorquals de bryde/eden, des dauphins bleus et blancs, des dauphins de Risso, etc. Plus de 27 espèces ont déjà été observées au moins une fois dans les eaux.

rorqual_tenerife (2) pour site.jpg

Il est très facile à Puerto Colon de trouver une excursion ; les bureaux de sorties fleurissent les uns à côtés des autres mais il est important de bien se renseigner pour ne pas tomber sur des bateaux non respectueux des animaux…ou de juger par vous-même. Les cétacés des Canaries sont des animaux protégés et la réglementation de l’observation est stricte mais j’ai pu me rendre compte par moi-même qu’elle était peu respectée. Lors de l’une de mes sorties, j’ai pu voir 3 bateaux agresser littéralement un groupe de grands dauphins pour satisfaire les touristes. Les dauphins étaient « pris au piège » entre 2 , montrant des signes d’agacements tels que de violents coups de queue à la surface en direction des bateaux concernés. 
Préférez les catamarans à voile et les voiliers de petite capacité, qui coupent généralement leur moteur lorsqu’ils se trouvent à proximité d’un groupe, avec un guide ayant de vraies connaissances sur la faune. Avec le bonadea II, vous pouvez déjà faire une sortie de 2h pour seulement une vingtaine d’euros. Pour une balade de 3h, le maxicat vous propose également l’arrêt dans une crique pour vous baigner, boissons et nourriture pour 35 euros, bien moins cher que n’importe quel parc !
Lors de mon séjour au mois de mai 2013, j’ai eu la chance, lors de ma première sortie, d’observer un groupe de rorquals de Bryde (ou d’Eden), chasser au milieu des oiseaux marins et des dauphins tachetés. C’est un spectacle à couper le souffle. Les oiseaux s’envolent lorsque l’eau bouillonne, tout d’un coup, un animal énorme vient se jeter sur le flanc, chassant un banc de poissons, pendant que les dauphins se mêlent au festin. Ils sont difficilement observables sur la longue durée car on ne peut jamais prévoir où et à quel moment ils reviendront respirer à la surface. Cependant, comme lors de ma sortie, s’ils sont en pleine séance de chasse, il est facilement prévisible du simple fait que les oiseaux s’agglutinent autour des bancs de poissons qu’ils convoitent. Quant aux dauphins tachetés de l’atlantique, ces derniers se joignent volontiers tout autour du bateau, nous ayant accompagnés pendant plus d’une heure.
Lors d’autres sorties, j’ai également pu observer des globicéphales tropicaux, des groupes comprenant femelles, jeunes et mâles, ces derniers reconnaissables à leur énorme nageoire dorsale. Chaque groupe a son caractère, certains passeront au plus près des bateaux, d’autres seront plus craintifs, et les plus jeunes et curieux pourront vous surprendre au sky hopping avant de se faire remettre en place par un adulte.

globicephaleadulte_tenerife_amandinevancauwenberghe_paint pour site.jpg

Les grands dauphins se sont également joints à nous, ils sont très grands, très massifs et ont la peau très foncée (contrairement aux dauphins tachetés de l’atlantique – avec lesquels ils peuvent être confondus – qui sont très clairs, avec une légère bande blanche sur le flanc, et parfois tachetés, selon l’âge de l’individu). Les Tursiops peuvent faire des cabrioles ou même être très curieux, nageant à l’avant du bateau, sur le flanc, l’oeil très observateur. Agressifs également, comme expliqué plus haut, s’ils se sentent compressés ou en danger. Je pense qu’il s’agissait principalement de mâles car certains d’entre eux venaient se frotter à la coque du bateau, ce qui est un comportement sexuel courant chez cette espèce.
Ce n’est pas tous les jours que nous pouvons avoir cette chance mais si vous avez l’opportunité de le faire, je vous y encourage, le spectacle de la nature n’est pas comparable aux shows des prisons de chlore car, triste contraste à Tenerife, les pubs pour le whale-watching partagent la place avec les affiches du Loro Parque, delphinarium de l’île où est détenue Morgan, cette jeune orque échouée dans les eaux néerlandaises, et destinée à la captivité sur décision d’un juge.

C’est pour cela, que je vous encourage tous à admirer et respecter la nature telle qu’elle est :
libre !

Amandine Van Cauwenberghe

Témoignage de la mission cétacés avec Cybelle Planète - Marlène Plasseraud (2013)
Melisa Sevim, ex dresseuse de dauphins... (2011)

Laisser un commentaire