Chasse à la baleine : la ville de Taiji face aux critiques…

La ville de Taiji, préfecture de Wakayama, est une ville de chasseurs de baleine. Pourtant, depuis 2009, elle est connue mondialement en raison du film The Covequi décrit la chasse au dauphin dans la baie de la localité.

Port_taiji001.JPG


Les habitants clament que la pratique de la chasse à la baleine est une tradition séculaire de la ville et en effet, elle est connue pour cela depuis l’époque Edo (1603-1868). Coincés entre la mer et les montagnes, les habitants de Taijis e sont tournés vers la chasse des baleines et des dauphins car la terre n’était pas adaptée à la culture. Au début de cette période, les pêcheurs locaux avaient mis au point une méthode collective pour attraper les baleines en communiquant à l’aide de drapeaux et de feux.

La viande des mammifères marins, qui est une source de protéines importante, était très appréciée après la 2eguerre mondiale, mais la consommation n’a cessé de diminuer par la suite.

Cependant, la baleine reste un revenu important pour la ville qui abrite même un musée consacré à la chasse, et celle-ci représente 20% des revenus de l’industrie de la pêche, soit entre 300 et 400 millions de yens. Une grande partie du fruit de la pêche est en effet exportée tandis que le reste est vendu sur place par la coopérative des pêcheurs.

« Un de mes plats préférés depuis l’enfance est lesukiyaki de viande de baleine »déclare Kiyoko Isoda, 77ans.

Mais depuis 2009 et le film The Cove, la petite ville est devenue la cible de critiques internationales.

C’est d’abord l’association de défense Sea Shepherd qui est intervenue. Ses membres sont encore régulièrement sur place afin de surveiller la pêche et faire des rapports.

En début d’année, c’est l’ambassadrice américaine au Japon, Caroline Kennedy, qui s’est exprimée contre les pratiques de chasseentrainant une nouvelle vague d’indignation de l’opinion internationale. La ville recevait alors quotidiennement 200 à 300 fax de protestation et cela continue malgré le changement de numéro.

Tout cela inquiète le maire, KazutakaSangen, qui déclare : « les organisations anti-chasse à la baleine vont pouvoir intensifier leurs activités de protestation en exploitantla décision du tribunal[international]»qui, en mars dernier, a interdit la chasse à la baleine à des fins scientifiques par le Japon.

Face aux critiques, les habitants sont préoccupés et ressentent de la colère car l’arrêt de ces pratiques pourrait signifier la fin de Taiji.

« Nous n’avons jamais rien fait en violation de la loi »déclare un pêcheur qui indique que la chasse s’est toujours pratiquée dans un cadre juridique.

Katsutoshi Mihara, 76 ans, ancien président de l’assemblée de la ville se sent, quant à lui, blessé : « quand j’entends les critique crier « anti-chasse à la baleine », je sens que c’est tous les aspects de nos vies qui sont condamnés».

Source :  japoninfos.com (15.07.14) Source photo :  wikimedia.org 

 

Pamela Anderson à la rescousse des dauphins...
Le Premier ministre australien "pas fâché" si le Japon reprend la chasse à la baleine...

Laisser un commentaire