Vidéo – Canada : David Heurtel pourrait adopter un béluga…

Après avoir été blâmé par la Cour supérieure pour sa gestion de l’autorisation des forages dans la pouponnière des bélugas du Saint-Laurent, le ministre de l’Environnement David Heurtel envisage d’en adopter un pour contribuer au financement de la recherche sur l’espèce.

La rumeur court déjà à Québec et le cabinet du ministre a confirmé jeudi au Devoirque l’adoption d’un béluga fait partie des options envisagées par M. Heurtel. « L’adoption d’un béluga est une idée à considérer », a répondu le cabinet du ministre dans un courriel laconique. Il n’a toutefois pas été possible de savoir si cette adoption se ferait sur une base personnelle ou à titre de ministre responsable des dossiers environnementaux.

Impossible aussi de savoir si le ministre ou un membre de son cabinet est entré en contact avec les responsables de la campagne « Adoptez un béluga », lancée lundi par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins.
C’est en effet cet organisme basé à Tadoussac qui a lancé cette initiative, passage obligé pour financer le Projet Béluga Saint-Laurent. Ce programme permet de faire de la photo-identification des animaux. Il finance aussi le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins, qui fait le suivi des animaux retrouvés morts, en difficulté ou alors échoués.
Le programme sert en outre à faire des examens sur les carcasses, de façon à faire un suivi des causes de décès et des pathologies qui affectent la population. Enfin, les travaux de recherche doivent permettre de prendre en partie le relais sur le gouvernement fédéral, qui a mis à mort en 2012 les recherches en écotoxicologie sur le Saint-Laurent menées auparavant par Pêches et Océans Canada.
Déjà, les villes québécoises riveraines du Saint-Laurent ont décidé d’adopter un total de 10 bélugas. Les villes de Québec, Montréal, Lévis et Tadoussac ont adopté chacune un individu. Les citoyens peuvent également adopter un animal. Au total, 19 bélugas ont récemment été désignés comme étant adoptés.

Blâmes de la Cour
Si le ministre David Heurtel pourrait donc contribuer à son tour aux projets de recherche sur le béluga, il a tout de même été blâmé en septembre par la Cour supérieure dans le cadre de l’octroi, à TransCanada, du certificat d’autorisation lui permettant de faire des forages à Cacouna, en plein coeur d’un habitat critique pour l’espèce.
Dans son jugement, la juge Claudine Roy estime qu’il y aurait eu « une faille dans le processus décisionnel du ministre »de l’Environnement. Par exemple, « aucun des représentants du ministre ayant travaillé sur le dossier ne connaît les mammifères marins. Ils ne jugent pas utile de consulter le Comité sur le rétablissement du béluga, alors qu’il s’agit d’une espèce menacée. Rien n’indique qu’ils ont tenu compte du principe de précaution ».
Le jugement revient aussi sur le fait que le ministère de l’Environnement a demandé à plusieurs reprises à TransCanada de lui soumettre un « avis scientifique »émanant de la Direction des sciences de Pêches et Océans Canada. Mais la pétrolière a refusé d’acquiescer aux demandes du gouvernement du Québec.
Le ministre Heurtel, note la juge, « n’obtient pas cet avis. Il reçoit seulement une lettre transmettant des documents déjà en sa possession […]. Il change sa position et signe le certificat d’autorisation. Rien dans la preuve actuellement n’explique ce revirement de situation. Rien dans cette lettre n’explique pourquoi les hésitations et inquiétudes du ministre devraient être écartées ».
Les travaux menés par TransCanada avec l’autorisation de M. Heurtel ont eu un impact sonore beaucoup plus important que ce que prévoyait le certificat d’autorisation délivré par Québec. Or, cette forme de pollution est considérée comme une nuisance importante pour les bélugas.
Selon Robert Michaud, un expert des cétacés qui étudie les bélugas québécois depuis plus de 30 ans, la construction d’un port pétrolier dans le secteur de Cacouna menacerait directement « le rétablissement de la population de bélugas »et pourrait même « accélérer son déclin et réduire les chances de survie de la population ». Le nombre de bélugas a reculé au cours des dernières années, passant de quelque 1000 individus à environ 880.

Source :  ledevoir.com (14.11.14)


Actualité récente en rapport :

Canada – Bécancour «adopte» un béluga… Canada – 25 villes «adoptent» 10 bélugas… !
Plus d’infos sur l’espèce & fiche pédagogique téléchargeable :

Le béluga

Vidéo - Australie : des touristes sauvent un dauphin échoué sur le sable...
Canada - 25 villes «adoptent» 10 bélugas... !