Une étude « sans précédent » au sujet des baleines noires de l’Atlantique

Des scientifiques des États-Unis et du Canada participeront à une étude sans précédent sur la baleine noire de l’Atlantique Nord.

Cette espèce est menacée dans les eaux canadiennes de l’Atlantique. Selon les estimations, il ne resterait que 500 baleines noires pour l’ensemble de l’Amérique du Nord.

Des chercheurs de Pêches et Océans Canada, de l’Université Dalhousie et de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique tenteront de déterminer où vont ces baleines.

En 2015, très peu de baleines noires ont été aperçues dans le grand bassin de Grand Manan, situé à l’embouchure de la baie de Fundy. « Ç’a été un choc et toute une surprise. Les gens veulent savoir où sont les baleines », mentionne Sean Brillant de la Fédération canadienne de la faune.

Les scientifiques ont commencé un atelier de travail lundi. Ils vont recueillir des données sur les baleines tout au long de l’été et vont ensuite les coordonner et les étudier.

Des chercheurs de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique vont survoler le golfe du Saint-Laurent en 2016. Des observations seront également faites sur l’eau par des chercheurs canadiens. Puis, les sons des baleines seront analysés.

L’étude de tous ces résultats aura lieu au centre de recherche Jasco, à Dartmouth en Nouvelle-Écosse.

Selon la biologiste de l’Université Dalhousie, Kim Davies, cette enquête approfondie est une première. « Il s’agit de l’étude avec le plus d’efforts coordonnés jamais entreprise au Canada atlantique », assure-t-elle.

Le directeur du centre Jasco, Bruce Martin, est optimiste. Son entreprise a fabriqué des planeurs équipés de sondes acoustiques qui permettent d’écouter le chant des baleines. Une vingtaine de planeurs ont été installés près des côtes de l’Atlantique.

« Nous suivons les baleines noires de l’Atlantique Nord depuis quatre ans maintenant », affirme M. Martin.

Il croit que la recherche sur la nourriture des baleines est une piste de solution. « Nous savons qu’elles suivent la nourriture, mais nous ne savons pas où est cette nourriture », explique le chercheur.

Ottawa protégera l’habitat essentiel de la baleine noire de l’Atlantique Nord

Un arrêté ministériel publié le 14 mai dernier par le gouvernement fédéral vient d’ailleurs protéger l’habitat de la baleine noire de l’Atlantique Nord.

L’habitat essentiel de cinq espèces aquatiques en péril sera protégé, dont celui des bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent.

« Notre gouvernement prend les mesures nécessaires pour protéger les espèces en péril et assurer que nos écosystèmes demeurent sains pour les générations actuelles et futures », affirme Hunter Tootoo, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne.

Source : ici.radio-canada.ca, le 17/05/2016

Photo : commons.wikimedia.org

François Sarano, l’homme qui parle à l’oreille des cachalots
Canada. Bélugas : le fédéral confirme l'habitat essentiel