Le Japon a maintes fois falsifié ses données sur la chasse à la baleine

Une enquête a déterminé que les baleiniers japonais ont régulièrement menti au sujet de la taille de leurs captures. En fait, ils avaient souvent capturé de grandes femelles en âge de reproduction.

Le Japon mène depuis plus d’une décennie une vaste chasse illégale à travers le monde, selon une nouvelle étude qui conclut que la Commission baleinière internationale (CBI) n’a pas réussi à bien gérer la chasse aux baleines.

La nouvelle étude, publiée dans la revue Royal Society Open Science, développe des recherches antérieures qui ont déterminé que le Japon a été régulièrement engagé dans l’abattage illégal de cachalots dans le Pacifique Nord, dans les années 1960. Selon la dernière enquête, le Japon a également falsifié depuis au moins 12 ans des données concernant les captures de cachalots au sud de l’équateur, dont l’impact probable se ferait sentir encore aujourd’hui.

Les cachalots ont été quasiment exterminés lors des prises : 400.000 spécimens ont été abattus dans l’hémisphère Sud, 315.000 dans le Pacifique Nord, sans compter le grand nombre d’animaux capturés avant 1900, a indiqué à Discovery News Phillip Clapham, coauteur de l’étude avec son épouse Yulia Ivashchenko.

« Nous ne savons pas quel sera l’impact de ces captures sur cet animal à grande longévité et très social », a poursuivi M. Clapham. Ils sont difficiles à étudier car leur habitat occupe un espace très large en mer. Mais les captures ont dû causer des torts irréparables à la population et au système social de l’espèce. »

Source : fr.sputniknews.com, le 14/09/2016

Photo : Julien Marchal

Slovénie - 66e rassemblement de la Commission Baleinière Internationale (CBI)
Le Japon conclut sa chasse à la baleine annuelle, 115 baleines capturées !

Laisser un commentaire