Parc éolien de Saint Brieuc. Les dauphins vont flipper !

Depuis les premiers jours d’août, les documents de l’enquête publique sur le futur parc éolien de la Baie de Saint-Brieuc sont consultables par les particuliers. Un sacré casse-croûte ! Plus de 6000 pages de chiffres, de cartes, de photos, de croquis, de remarques… qu’on peut trouver dans une trentaine de mairies allant de Pleubian, la plus à l’ouest, jusqu’à Cancale côté est.

Rappelons que le projet prévoit l’installation de 62 éoliennes sur une surface de plus de 100 km² au large de Saint-Brieuc. Installées pour une vingtaine d’années, ces gigantesques usines à vent sont programmées pour produire environ 10% de la consommation d’électricité en Bretagne. Coût de l’opération 2,7 milliards d’euros. Au vu de la taille du chantier, on comprend mieux l’épaisseur du dossier qui rend compte des avis des administrations de l’Etat, des communes concernées, des associations environnementales, des chambres consulaires… Des observations qui sont mitigées du côté des organisations professionnelles mais bénéficient de «  l’appui sans réserve » de la CCI des Côtes-d’Armor, si bien qu’au final le dossier semble tenir la mer.

Des nuisances sonores

On y relève toutefois un certain nombre de remarques qui ne manqueront pas d’attirer l’attention des éventuels (et courageux) lecteurs de cette montagne de paperasse.

Les plus inquiétantes concernent la phase d’installation des éoliennes, puis celle de leur démantèlement. On ne cache pas que ces épisodes seront générateurs de bruit. Des nuisances sonores qui pourraient entraîner des blessures auditives aux mammifères marins en particulier aux marsouins et grands dauphins marins, « une espèce omniprésente en baie de Saint-Brieuc ». Risque aussi pour les oiseaux pouvant entrer en collision avec les pales.
Moins d’inquiétudes pour les coquilles Saint-Jacques, « puisque la zone d’installation se situe dans le gisement du large, moins riche que le reste de la baie de Saint-Brieuc ». Pas de crainte pour la qualité des eaux, qui selon le rapport d’enquête « ne devrait pas être impactée par les forages, tant sur les zones de baignade que sur les aires conchylicoles ».
Bien plus critiques que les institutionnels, les premières objections des particuliers relevées sur les registres dénoncent en majorité « une pollution visuelle », « un coût exorbitant », « des doutes sur l’énergie éolienne »…. Autre remarque d’un habitant de Pléneuf-Val- André ; « pour un projet de 600 millions pour l’aéroport de ND des Landes on met en place un référendum, alors pourquoi pas pour un projet à 2,7 milliards ? ». Les dauphins ne resteront pas sourds à cet argument !

Source : Bretagne-Bretons, article publié le

Guadeloupe - L'un des deux lamantins de Blachon est mort
La LPO soutient le projet d’extension de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises !