Les delphinariums chinois capturent en Namibie

Le ministère de la pêche réfléchit à l’opportunité de délivrer une autorisation à une société désireuse de capturer des mammifères marins en Namibie pour l’industrie de la captivité chinoise. 

Welwitschia Aquatic and Wildlife Scientific Research, une société commerciale enregistrée en Namibie mais détenue par un homme d’affaires chinois, travaille avec une autre société chinoise, la Beijing Ruier Animal Breeding and Promoting entity, en tant que partenaire technique.

dauphins-namibie

La Namibie a entendu la demande de la société, à savoir l’autorisation de capturer et d’exporter 10 orques, de 500 à 1.000 otaries à fourrure du Cap, de 300 à 500 manchots africains, de 50 à 100 dauphins de l’Indo-Pacifique, de 50 à 100 dauphins Tursiops communs et d’un nombre indéterminé de requins.


Le secrétaire permanent au Ministère des Pêches, Moses Maurihungirire, a confirmé qu’il avait bien reçu cette demande et que son équipe réfléchissait à la question. Maurihungirire a également admis que les dauphins, les « pingouins » et les orques étaient des espèces protégées en danger dans les eaux namibiennes.

De son côté, la société chinoise est prête à investir 300 millions de N $, qui serait très utile pour assurer la protection et la gestion de ces ressources marines.

Elle insiste aussi sur le fait qu’elle paiera des taxes conséquentes pour chaque exportation vers la Chine, rappelant que le marché du delphinarium chinois est énorme. En outre, l’entreprise affirme qu’elle va introduire des technologies scientifiques de premier plan pour ses opérations et respecter strictement les lois et règlements relatifs à la gestion des espèces marines, tant namibiennes qu’internationales.

Suite de l’article sur le site du Dauphinlibre – Publié le 1er Octobre 2016

Crédit Photo de une : Sandra Guyomard 

Un rapport sur l'hygiène dentaire des orques fait débat au sein de Seaworld
Planète sauvage - Triste nouvelle : naissance de deux dauphins captifs