Ric O’Barry’s Dolphin Project : Taïji 3 par Sébastien Blanc

Dernière matinée à Taïji ou plutôt dernières heures avant le retour sur Oita. Que va-t-il advenir des globicéphales retenus prisonniers depuis maintenant 4 jours sans manger et sans nager.
 e
Levés à 4h, nous sommes partis comme d’habitude à 4h50, départ classique pour un Cove Monitor. Je suivis Yoshi en voiture et à peine arrivés à la digue pour se garer que la police me tombe littéralement dessus. Une nouvelle voiture et c’est l’événement surtout si l’un de vos phares vient de griller comme ce fut le cas pour moi. J’ai eu droit à une petite inspection. Rien de méchant, on aurait dit des gosses recevant leurs cadeaux de noël. Tout ça pour une ampoule. Au final, ils me donnèrent un papier à faire remplir par un garagiste et à retourner à un poste de police. Ce que j’ai moins apprécié par contre, et je m’en doutais, c’est qu’ils me conseillèrent d’aller à un magasin situé à une dizaine de kilomètres de là, alors que l’on peut faire le changement dans n’importe quelle station service et il se trouvait qu’il y en avait une à 200 m de là où j’étais garé.
 e
Après ce petit incident, je me dépêchais de rejoindre Daniela, Taylor et Yoshi. Si nous avions un peu d’espoir de voir les globicéphales libérés, la présence d’un banger boat à l’entrée de la crique nous ramena à la cruelle réalité : les globicéphales allaient être tués !
e
 Tout alla très vite, et donc priorité aux vidéos et au reportage de Daniela qui décrivit la scène. Les bateaux poussèrent les globicéphales vers le fond de la crique où leurs bourreaux les attendaient. Ils tuèrent les plus gros en premier.
Bien que la tuerie se passa à l’abri de nos objectifs, nous entendions bien les globicéphales se débattre et surtout les cris des petits voyant leurs parents mourir sous leurs yeux. Ces plaintes étaient stridentes.
 e
 Une fois que les pêcheurs eurent bien dissimulés les corps sous les bâches (bizarre pour une tradition), les petites embarcations les amenèrent au banger boat qui les transporta au port de Taïji. D’habitude les bateaux font la navette mais ce jour-là, les corps étant trop gros le banger boat s’en chargea.
 e
 Alors que Daniela, Yoshi et Taylor étaient postés sur la pointe, je réussis à trouver un petit trou dans les arbres qui offrait un point de vue idéal pour prendre des photos. Peut-être pour qu’on ne puisse pas prendre de photos, les bateaux se positionnèrent côté mer. Mais en manœuvrant, les corps des globicéphales se retrouvèrent à la proue en plein dans mon axe. Attachés par la queue, ils étaient vulgairement traînés dans l’eau. Le banger boat dissimula à nouveau les corps sous la bâche avant de rentrer au port. Les autres bateaux retournèrent à la crique pour finir le massacre.
 e
dsc_0794
dsc_0796
dsc_0800
 e
Le temps était malheureusement venu de quitter l’équipe de Ric O’Barry’s Dolphin Project et de rentrer sur Oita. Une petite photo de groupe et je redescendis vers la voiture sous escorte. Une petite halte à la station service pour régler cette histoire de phare et donner le papier à l’officier qui me suivait et je repartais vers Wakayama. Il me suivit jusqu’à la sortie de Taïji.
Durant ce court séjour, j’ai pu voir de mes propres yeux le drame de Taïji, la cupidité qui pousse certains à se croire au dessus de tout et s’approprient la vie pour leur plaisir. Le tout protégé par un système politique tout aussi véreux.
Mais j’ai aussi rencontré des personnes exceptionnelles, passionnées par ce rôle de témoins et en les quittant je ne voulais faire qu’une chose : les rejoindre.
 e
dsc_0793
 e
Source : Blog Oita No Kemuri, 12 octobre 2016
Crédit photos : Ric O’Barry’s dolphin project
Chasse aux dauphins à Taiji (Japon) – Bilan semaine du 23 Octobre 2016 #9
Japon - Un dauphin qui a été capturé dans la baie de Taïji tue son bébé âgé seulement de 4 jours. Il est temps de vider les bassins !