Écotourisme : à la rencontre des cétacés

Observer les cétacés depuis les eaux de notre archipel, c’est possible. À condition de le faire en respectant leur environnement et en s’intéressant de près à leur comportement.

L’écotourisme, c’est un terme à la mode. Mais pas seulement. « Tout le monde devient amoureux de la nature » , s’amuse Caroline Rinaldi, la cofondatrice de l’association Évasion Tropicale à Bouillante. Depuis 1992, elle et son mari Renato s’attellent à protéger l’environnement marin d’un tourisme trop massif.

« Quand nous sommes arrivés en Guadeloupe il y a une vingtaine d’années, tout ce qu’on voyait était tellement beau, que nous avons souhaité que notre fils Manolo puissent en profiter également », poursuit-elle.

Au quotidien, la famille assure le suivi scientifique des cétacés ainsi que celui des tortues marines. Et l’évolution est impressionnante.

«Il y a 20 ans, c’était exceptionnel quand on croisait une tortue par an. Aujourd’hui, n’importe qui vient passer une semaine en Guadeloupe et peut en voir! », commente Caroline, également membre du conseil scientifique régional de la protection de la nature.

PRÉSERVER LA NATURE

Alors que le tourisme bat son plein dans notre archipel, l’association Évasion Tropicale met un point d’honneur à veiller sur la protection des espèces marines.

« Il y a plusieurs explications à cette évolution des tortues, explique Caroline. Premièrement, avec des pêcheurs de plus en plus conscients. Cela peut s’expliquer par l’arrêt de la pêche et l’arrêt de protection sorti en 1991. On constate un véritable effort régional. »

Autre cheval de bataille, éviter les prises dans les filets de pêche qui engendrent de nombreuses morts ou blessures accidentelles des animaux. Concernant les cétacés, il faudra encore attendre quelques années. L’association fait en effet des relevés depuis 13 ans.

« Mais ce n’est pas vraiment suffisant pour se faire une idée. Nous devons encore affiner nos données » , conclut la passionnée.

Avec près d’une centaine de sorties en mer par an effectuées avec son catamaran, l’association note toutes les observations nécessaires. Et constate également avec regret que l’observation des cétacés devient une pratique illégale avec des bateaux qui ne sont pas aux normes et qui ne respectent pas les règles de sécurité.
Contact : Association Évasion Tropicale evastropic@wanadoo.fr

Source : France Antilles – Publié le 27 Décembre 2016

Crédit Photo de une : Ariane Blanchard

Retrouvez aussi : 

L’interview de Manolo RINALDI, organisateur de sorties éco-touristiques

EVADAS : Une collectif de vétérinaires s'oppose à l'exploitation des animaux
Cette sirène nage dans un océan composé de 10 000 bouteilles pour montrer comment l'homme pollue la Terre et les océans

Laisser un commentaire