Captivité des cétacés : c’est le moment de vous exprimer… !

Très chers tous,

Le ministère de l’Environnement lance une «consultation publique» sur un nouvel arrêté fixant les conditions d’hébergement en delphinarium, alors exprimez-vous via ce lien… !

L’arrêté fait suite à plusieurs réunions qui se sont tenues entre les représentants du Gouvernement, des associations de protection animale – dont Réseau-Cétacés -, et des responsables de structures zoologiques et parcs marins, notamment Rodolphe Delord (Zoo de Beauval) et Jon Kershaw (Marineland).

Les associations participantes ont eu l’opportunité, au cours de ces réunions, d’expliquer leur position sur la problématique liée à la captivité des cétacés et de démontrer qu’aucun bassin ne peut satisfaire leurs besoins physiologiques.

Réseau-Cétacés, à l’instar des autres associations, a été mise en possession du projet d’arrêté, courant décembre 2016.

Effectivement, nous avons pu constater que celui-ci améliore les conditions «d’hébergement» des dauphins et orques captifs sur le sol français – avec, certes, quelques avancées notables – mais nous avons dû faire face à une opposition radicale sur l’une de nos demandes fondamentales : l’interdiction d’ouverture de nouveaux delphinariums.

Au sein de l’équipe, nous nous sommes malgré tout questionnés avant de nous positionner, reprenant le modèle anglais qui fixe des directives tellement drastiques qu’il est désormais quasi-impossible d’ouvrir un delphinarium au Royaume Uni ; mais, il est ressorti de notre concertation d’équipe, que Réseau-Cétacés ne travaillerait pas à redorer le blason des delphinariums, car c’est bien la finalité du texte…

Nous avons donc refusé cet arrêté en date du 21 décembre 2016, le Ministère ayant demandé aux associations leurs « éventuelles remarques sur ce projet de texte avant le 22 décembre 2016 » (soit 8 jours après la communication du projet d’arrêté).

Réseau-Cétacés aurait pu faire un pas vers cet arrêté s’il avait mené au final vers une réglementation abolitionniste mais ce n’est pas le cas. Nous avons désormais la certitude que cet arrêté a pour unique finalité de permettre au Zoo de Beauval d’ouvrir son propre delphinarium et de pouvoir se targuer d’être en accord avec une législation « moderne ». L’avenir devrait malheureusement nous donner raison sur l’ouverture d’un delphinarium au Zoo de Beauval mais cela ne se fera pas avec l’accord – même implicite – de Réseau-Cétacés.

Nous restons actuellement concentrés sur une stratégie adaptée à cette nouvelle situation #PourUneFranceSansDelphinarium. Réseau-Cétacés envisage, notamment, un recours en Justice visant à faire annuler cet arrêté pour qu’aucun nouveau delphinarium ne voit le jour en France.

Nous profitons de cette publication pour remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont pris part aux réunions, notamment Mesdames Gaillard et Abeille, Députés – qui ont accompagné très activement les débats – et Madame Balland, Responsable de la division Faune sauvage captive pour le Ministère de l’Environnement, pour sa disponibilité.

La pétition « Les cétacés et la captivité » a, plus que jamais, besoin de votre soutien (plus de 72000 signatures collectées à ce jour).

Merci,

L’équipe de Réseau-Cétacés

Indonésie : Les images choquantes d’un dauphin de cirque transporté dans une caisse avec une simple serviette humide
Intervention au lycée Marcelin Berthelot de Pantin (93), le 2 février 2017...

Laisser un commentaire