Kasatka, la doyenne des orques du parc SeaWorld, est décédée, et des photos la montrant avec des lésions à la mâchoire font polémique

Elle était la doyenne du parc à thème le plus controversé des États Unis. Kasatka, l’orque de SeaWorld de San Diego, est décédée ce mardi après 40 ans de captivité.

Selon le communiqué du parc, Kasatka aurait succombé à une longue infection respiratoire mais des photos publiées sur le net sèment le trouble. Sur ces photos, on peut s’apercevoir que l’animal avait des lésions importantes au niveau de la mâchoire.

Aucune allusion n’a été faite sur ces lésions dans le communiqué, un manque de transparence évident pour la scientifique et chercheuse Naomi Rose, spécialiste des mammifères marins. Pour elle, il est difficile de pouvoir identifier l’ampleur de ces lésions sur ces images mais il n’y a aucun doute pour la spécialiste que ces lésions aient été aggravées.

 

Crédit photo : maritimegeek

 

Une affirmation partagée par le groupe “Voix des orques”, composé d’anciens dresseurs de SeaWorld, qui a déclaré que l’état de la peau de Kasatka était certainement dû au stress et aux médicaments donnés par le parc pour faire survivre ses orques dans des conditions non naturelles.

La mort de Kasatka survient peu de temps après le décès de sa petite fille de trois mois, Kyara, dernière orque née en captivité sous la bannière du programme d’élevage d’orques de SeaWorld.

La scientifique, Naomi Rose, a sollicité SeaWorld pour qu’ils dévoilent les résultats de l’autopsie afin de contribuer à la recherche sur les orques. Mais elle sait que cela pourrait être vain puisqu’historiquement, le groupe a toujours refusé de publier ce genre de résultats.

Un manque de transparence et une perte d’informations cruciales pour la science mais également pour le public qui s’est pris d’affection pour ces bêtes et veut savoir la vérité.

Pour le moment, SeaWorld a tenté de jouer la carte du réconfort en signalant que les autres orques avaient été placées sous surveillance et que tout semble bien se passer. Une pilule plutôt dure à avaler pour la scientifique Naomi Rose qui rappelle que Kasatka a été la matriarche du parc depuis plus de 30 ans. Selon elle, le décès de Kasatka va perturber le reste des orques qui, tels des humains, vivront une période de deuil.

 

Crédit photo : orcakaty

 

Kasatka avait été enlevée à sa famille au large de la côte islandaise alors qu’elle n’avait que 2 mois. À SeaWorld, elle a donné naissance à 4 bébés orques. Le quatrième est né récemment en 2013 par insémination artificielle en dépit de son infection pulmonaire qui l’aura tué.

John Hargrove, un ancien dresseur de SeaWorld qui défend aujourd’hui les orques, a récemment partagé les photos de la mâchoire de Kasatka et exprimé sa déception sur Twitter en apprenant la nouvelle :

 

 

 

« J’ai mal à l’estomac en repensant à toutes ces années où j’ai cru en eux et acheté dans tous les BS. Ce qu’ils ont fait à ces animaux est tragique »

Cette nouvelle polémique ne fait que s’ajouter à une longue liste existante. Rappelons qu’en 2013, le documentaire « Blackfish » avait mis en lumière les dangers et les traumatismes que peuvent vivre les orques en captivité. Depuis la sortie de ce documentaire, SeaWorld avait dû prendre des mesures radicales face au désamour de son public.  Pour le moment, SeaWorld n’a pas souhaité répondre à la polémique autour de ses photos.

Source : Démotivateur – Publié le 17 Août 2017
Crédit photo de une : Chemaine Leon

 

[ 🇬🇧 Traduction ] De la frustration à l’agression : pourquoi les orques captives en viennent-elles à tuer ? Mon point de vue.
Liban : Le ministère du Tourisme opposé à l’utilisation de dauphins dans des spectacles aquatiques

Laisser un commentaire