OH ! BALEINIERS ! Anne-Eloïne (2009)

Oh ! Baleiniers,
Vous voilà plongeant dans la mer pour harceler un cachalot.
Avec violence vous harponnez, vous déchirez sa chair.
Autour de vous la mer devient rouge
Et vous baignez alors dans le sang de votre petit frère
Sans aucune once d’amertume.
Votre cruauté est sans pitié.
Les soubresauts et la douleur de l’animal
Ne semblent même pas atteindre la moindre parcelle de votre cœur !
Est-ce donc possible ?

Oh ! Êtres humains,
Vous qui hurlez de joie en déchirant la chair,
Qui êtes-vous ?
Vous qui baignez dans le sang de ces majestueux animaux
Sans qu’aucune larme ne vienne perler sur vos joues,
D’où venez-vous ?
La tradition, la nécessité ou le besoin évoqués justifient-ils tout cela ?
N’avez-vous pas plutôt en vous
Une irrépressible envie de tuer et de détruire,
Tout simplement parce que cela vous fait frémir de plaisir ?

Admirable cachalot, extraordinaire joyau des mers,
Pardon, pardon, pardon !
Aurais-je un jour la joie de t’admirer nageant dans l’océan parmi les tiens ?
Pourrais-je un jour voir s’illuminer le regard des enfants qui croisent ton chemin ?

 

DAU_0160.A4.jpg

 

Oh ! Baleiniers,
Chaque fois que vos harpons transpercent les flancs de ces géants des mers,
Sachez que vous nous arrachez un morceau de bonheur.
Après votre passage résolument destructeur,
Que reste t’il à observer, à découvrir et à aimer ?
Baleiniers, avec le dernier souffle du cachalot,
C’est notre sourire qui disparaît.
Lorsque les océans seront vides,
Savez-vous seulement baleiniers
Que vous ne pourrez plus voir nos yeux briller ?
Les vôtres pourront-ils alors encore étinceler ?

Chers cachalots, amies baleines, cachez-vous !
Ne vous approchez pas des hommes
Et fuyez lorsque vous voyez arriver leurs bateaux !
Mais revenez amis,
Revenez près de nous lorsque le ciel s’éclaircira enfin un matin
Au-dessus d’un monde meilleur !

Poème : Anne-Eloïne – Photo : Gérard Soury

Rencontre avec le dauphin du Gange en Inde - Nathalie Dieul (2009)
Le scandale des delphinariums - Yvon Godefroid (2004)

Laisser un commentaire