Evénement ! RC lance sa première étude scientifique de terrain de RC : le GEC-RC et rejoint Planet Whale !


Toute notre équipe est fière de vous présenter le GEC-RC :
la première étude scientifique de terrain de RC !

L’archipel des Canaries possède une diversité de cétacés tout à fait extraordinaire, avec 27 espèces recensées, donc plusieurs baleines à bec. Nous avons établi, au sud de Tenerife, la première étude scientifique menée par RC.

study site (C) Yzoard-GEC-RC - FR.jpg

Le Groupe d’Étude Canaries de RC (GEC-RC) vise à suivre les populations de cétacés présentes au large de Los Cristianos. Les observations sont réalisées à bord du bateau partenaire d’observation des cétacés, le « Travelin’ Lady« , dans un périmètre de 2 à 3 miles nautiques des côtes. Les conditions climatiques stables et favorables permettent au bateau de sortir en mer toute l’année.

Depuis mi-juillet, un travail de collecte de données et de photo-identification s’effectue plusieurs fois par mois sur toutes les espèces de cétacés observées lors des sorties en mer. Les espèces les plus fréquemment vues sont les globicéphales tropicaux (Globicephala macrorhynchus), les grands dauphins (Tursiops truncatus) et les dauphins tachetés de l’Atlantique (Stenella frontalis). D’autres espèces d’oiseaux, de poissons et même des tortues marines peuvent faire l’objet d’observations depuis le bateau.

Cetaces des Canaries.jpg

Le « Travelin’ Lady » affiche la « Bandera azul », le critère de qualité émis par le gouvernement espagnol pour les entreprises pratiquant dans l’observation de cétacés. Ces activités ciblent des espèces protégées par les lois nationales et européennes, sont par conséquent strictement contrôlées. Les entreprises de « whale-watching » doivent obtenir un permis renouvelable annuellement pour pouvoir exercer légalement. Pour acquérir ce « drapeau bleu », le personnel a assisté à des ateliers de gestion de l’observation commerciale des cétacés et du comportement à suivre en présence des mammifères marins.

La présence d’une scientifique – notre Conseillère scientifique et Vice-Présidente, Chloé Yzoard – sur le bateau commercial d’observation des cétacés a également un but éducatif. Des informations sur les espèces locales, l’écosystème marin et les menaces pesant sur les populations sauvages sont fournies aux touristes à bord. Plusieurs touristes ont fait part de leur satisfaction après avoir obtenu des réponses à leurs questions sur les cétacés et les observations.

Depuis le 18 juillet, 58 heures en mer ont permis l’identification de 170 individus.
121 globicéphales tropicaux (Globicephala macrorhynchus),
35 grands dauphins (Tursiops truncatus)
14 dauphins tachetés de l’Atlantique (Stenella frontalis)

A chaque observation, des données importantes sont collectées (données GPS, espèce observée, type d’unité sociale, nombre d’individus, présence de jeunes, comportement vis à vis du bateau…). Les photographies prises durant les sorties sont ensuite analysées pour chaque observation et les individus sont identifiés au sein des groupes. Une fiche d’identification est crée pour chaque cétacé, identifié par un code et un nom.

Un blog sur l’étude, actuellement en construction, sera mis en ligne prochainement. Un premier bilan des observations de juillet sera également bientôt disponible.

Sur Planet Whale vous pourrez découvrir les différents albums de l’étude :
1. Site/équipe/bateau
2. Les grand dauphins
3. Le comportement du globicéphale tropical
4. Les dauphins tachetés
5. Les autres espèces observées


Retrouvez également le GEC-RC et ses albums photos sur Facebook!

Reseau-Cetaces.jpg


Réseau-Cétacés rejoint Planet Whale!
Réseau-Cétacés est l’une des 150 associations de protection des cétacés et de l’environnement marin à avoir adhéré à Planet Whale . Les créateurs du site Planet Whale, Ian Rowlands et Dylan Walker, deux tours-opérateurs de whale-watching(observation des cétacés en mer), basés à Brighton au Royaume-Uni, mettent ainsi à contribution leurs années d’expérience dans le domaine de la conservation des cétacés.

Selon Dylan Walker, « si tout le monde allait observer des dauphins et des baleines dans leur milieu naturel, nous vivrions dans un monde meilleur : toutes ces personnes émues par leurs rencontres avec les cétacés sentiront un élan de protection envers ces incroyables animaux. »

Ils espèrent que cette initiative aura un impact important sur la conservation des cétacés en offrant un interface commun aux organismes de conservation des espèces de baleines et de dauphins à niveau mondial. Sur le site de Planet Whale, les internautes peuvent découvrir ces organismes, faire un don, et obtenir les informations nécessaires pour contribuer activement à la protection des cétacés.

Le site est destiné aux néophytes et aux 13 millions de whale-watchersexistants (observateurs de cétacés en mer), toutes nations confondues. Planet Whaleconstitue une source d’informations exhaustive sur les différents tours-opérateurs mondiaux de whale-watching, qui répondent à des critères précis en terme d’exploitation durable et respectueuse des cétacés. Les tours-opérateurs non respectueux sont également recensés afin de leur apporter les conseils nécessaires pour développer un whale-watchingplus éthique.

Les internautes ont à disposition un moteur de recherche sur les différents tours-opérateurs de whale-watchingselon les régions du monde, avec des qualifications et des conseils spécifiques à chaque entreprise. Grâce à un interface interactif, les internautes peuvent s’inscrire sur le site, partager leurs photos et vidéos et donner leur avis sur leurs expériences afin d’orienter les autres whale-watchers.

Un communiqué de presse intitulé « Lancement d’un nouveau site web pour inspirer les whale-watchers du monde entier » a été lancé le 18 octobre en Angleterre, où est basé Planet Whale.

Si vous avez eu la chance d’observer des cétacés en milieu naturel, n’hésitez pas à vous rallier à la communauté mondiale de whale-watchersen vous inscrivant sur la page suivante : Planet Whale .

RC-Planet whale-GEC-RC.jpg


Le code Chastenay – Pourquoi le nombre de bélugas du fleuve Saint-Laurent est bas ?
Le cétacé du mois de novembre - le globicéphale tropical...