Pollution « limitée » en Bretagne après l’échouage d’un cargo…

En raison de la tempête Joachim, un cargo maltais s’est échoué cette nuit sur les côtes sud de la Bretagne, mais l’accident s’est révélé moins polluant qu’on le craignait. Le parquet de Brest a annoncé l’ouverture d’une enquête, alors que la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet devait se rendre sur place aujourd’hui à midi, heure de métropole.  

< ?XML:NAMESPACE PREFIX = O /??>

Dans la nuit du 15 à 16 décembre, le TK Bremen, un navire maltais de 109 mètres, transportant du ballast s’est échoué près de la côte sud de la Bretagne, non loin de la ria d’Etel dans le Morbihan, en provoquant une pollution du rivage. Ce matin, une nappe d’hydrocarbures de 1 kilomètre sur 5 mètres se dirigeait vers la plage d’Erdeven, située entre Lorient et la presqu’île de Quiberon. La presse nationale a rapporté que de forte odeur de gasoil se dégageait près du bateau échoué.

La préfecture maritime de Brest a cependant estimé que cette « marée noire » était « limitée en volume et en surface », d’autant que les fuites constatées sur l’une des cuves semble avoir été rapidement maîtrisée grâce au plan Polmar, déclenché peu de temps après l’accident.Des barrages flottants devaient être installés pour tenter de limiter la propagation de la pollution et les autorités ont aussi envisagé de mettre en place une opération de pompage et dépotage, qui consistera à vider le navire de ses 180 tonnes de fuel et 40 tonnes de gazole. Par ailleurs, les 19 membres d’équipage ont été évacués sains et saufs par hélicoptère vers la base aéronautique navale de Lann-Bihoué, selon la préfecture maritime.Le parquet de Brest a indiqué dans la matinée qu’il allait ouvrir une enquête judiciaire autour de cet accident, afin de savoir notamment s’il était « opportun ou pas d’appareiller » après l’annonce de l’arrivée de la tempête Joachim. En outre, la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet était attendue sur les lieux de l’ échouage  ce vendredi à midi, heure de métropole.  Source : linfo.re   (16.12.11) oilspill (C) marinephotobank-Flickr 2712.jpg Cargo échoué : la Bretagne porte plainte…

La région Bretagne a décidé de porter « plainte contre X » après l’échouement d’un cargo maltais sur une plage classée du Morbihan, vendredi.

Les élus bretons sont en colère. Alors que les opérations de pompage des cuves se poursuivent aujourd’hui, le président socialiste du conseil régional, Jean-Yves Le Drian, a annoncé hier son intention de porter l’affaire devant la justice. « Il y a 12 ans, presque jour pour jour, le 12 décembre 1999, l’Erika sombrait au large de la Bretagne ses cuves chargées de fioul lourd. Alors que cette tragédie est encore dans la tête de tous les Bretons, le cauchemar se reproduit » a-t-il précisé faisant référence au cargo échoué dans la nuit de jeudi à vendredi avec 190 tonnes de carburant à son bord, dont plusieurs dizaines se sont déversées en mer. « C’est parce qu’elle est très attachée à la protection de son littoral et à la préservation de ses espaces naturels, trop souvent souillés par des pollutions volontaires, que la Région Bretagne a décidé de déposer plainte et de se constituer partie civile près le tribunal de grande instance de Brest ». Cette « plainte contre X » vise « à connaître les conditions dans lesquelles ce naufrage s’est produit ». Elle est aussi destinée à faire prendre en compte le « préjudice écologique », « l’atteinte au patrimoine naturel » de la région et à « faire savoir que la Bretagne ne laissera plus rien passer concernant la pollution maritime ».

73m3 de sable pollué

Samedi les équipes de nettoyage ont ramassé 73 m3 de sable pollué sur la plage de Kerminihy. Des dommages nettement inférieurs à ceux causés par le naufrage du pétrolier Erika. Les fuites de carburant menacent néanmoins une « zone conchylicole majeure » avec une cinquantaine d’exploitations dans la ria d’Etal et deux sites classés Natura 2 000 a rappelé la Région précisant que « les conséquences écologiques risquent, une nouvelle fois, d’être considérables au regard du site touché ». Le parquet de Brest, compétent en matière de pollution maritime, a ouvert une enquête pour « comprendre pourquoi ce bateau a quitté le port de Lorient à un moment où les autres bateaux ne le quittaient pas ».

De son côté, la ministre de l’Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, a déclaré réfléchir à une extention des pouvoirs des capitaineries pour leur permettre d’interdire la sortie en mer d’un bateau sur un motif météorologique.

Source : ladepeche.fr   (19.12.11) Actualité récente en rapport : La Nouvelle-Zélande face à une grave marée noire…La situation se dégrade pour le cargo échoué en Nouvelle-Zélande…  

Le Nigeria confronté à une marée noire causée par Shell...
Maroc : vingt-cinq mammifères massacrés...