Le Bangladesh crée des sanctuaires pour ses dauphins en danger…

Les dauphins de rivière sont particulièrement rares dans le monde. Jadis établie dans les eaux du fleuve Yangtze, en Chine, l’espèce de Baiji a été déclarée fonctionnellement éteinte en 2006. Alors que le dauphin du Mékong voit ses effectifs fondre comme neige au soleil, le dauphin d’eau douce d’Asie du sud figure quant à lui sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).  Plataniste du Gange- saut (C)Nathalie Dieul 2102.jpgPour protéger le peu de spécimens qui peuplent encore ses rivières, le Bangladesh a créé trois sanctuaires dans lesquels les cétacés pourront vivre dans une relative tranquillité. Ces zones sont toutes situées dans les Sundarbans, une région à cheval entre l’Inde et le Bangladesh et qui abrite la plus grande forêt de mangrove du monde. « L’annonce de la création de ces sanctuaires est une première étape essentielle dans la protection des dauphins du Gange et de l’espèce Irrawaddy au Bangladesh », a commenté Brian D. Smith, directeur du Programme sur les cétacés d’eau douce d’Asie et des zones côtières à la Wildlife Conservation Society, dans un communiqué de presse. « Les sanctuaires seront utilisés comme un laboratoire naturel afin d’élaborer des pratiques de gestion créant un équilibre entre la protection de la faune et la demande en ressources d’une population humaine grandissante », a pour sa part indiqué Tapan Kumar Dey, membre du ministère des Forêts et de la Faune sauvage, cité par nos confrères du site mongabay.com.Couvrant plus de 30 kilomètres de canaux et bras de rivière, les espaces protégés permettront également de préserver d’autres espèces en danger comme la tortue Batagur baska, l’oiseau d’eau douce Finfoot ou encore la loutre orientale à griffes courtes. Les principales menaces auxquelles doivent faire face ces animaux – et auxquelles les dauphins sont particulièrement exposés – sont les projets de barrages, la pollution, une raréfaction de leurs proies due à la surexploitation des ressources halieutiques, les changements de niveau de salinité dans leur habitat, de fait de plus en plus dégradé, ainsi que la chasse. Des phénomènes qui ont déjà eu raison de l’espèce de Baiji.En 2009, la Wildlife Conservation Society a annoncé la découverte de 6 000 dauphins Irrawaddy, la plus grande population connue à ce jour, et un chiffre encourageant pour une espèce qui se fait de plus en rare. L’initiative des autorités bengalies doit par conséquent inspirer leurs homologues des pays voisins.

Source :  zegreenweb.com  (17.02.12)   Plus d’infos sur les dauphins de rivière & fiches pédagogiques téléchargeables :Le plataniste du Gange  

L’inie de Geoffroy

Le WWF se démène pour les baleines grises de l'île de Sakhaline...
Baleines grises en danger !