Arctique : plus d’espèces marines mais moins d’oiseaux…

La population de mammifères et de poissons a augmenté dans l’Arctique, mais celle des oiseaux diminue, indique un rapport scientifique présenté lundi dans le cadre de l’Année polaire internationale 2012, une conférence scientifique tenue à Montréal.  Dl-13_beluga.jpg  Le document, préparé pour le Conseil de l’Arctique par les experts du Programme de surveillance de la biodiversité circumpolaire, est le résultat de l’analyse de l’évolution de 890 populations de 323 espèces vertébrées dans la région arctique entre 1970 et 2007.Il montre que si la population des espèces marines a globalement augmenté, la populations des oiseaux de mer a, elle, diminué de manière constante depuis la fin des années 90.Cette diminution peut être liée aux changements du climat, de la banquise et de la nourriture disponible, mais ses causes peuvent varier d’une espèce à l’autre.Le déclin de la population des oiseaux de mer pourrait être le début d’un déclin à long-terme qu’il va être important de surveiller, souligne le rapport.Il contraste avec l’augmentation spectaculaire du nombre de poissons observée dans l’océan Pacifique, alors qu’une baisse touche l’Atlantique.Quant à la population des mammifères, elle augmente dans l’ensemble de la région selon le rapport. Mais certaines espèces, telles que la baleine grise, la baleine boréale et le morse groenlandais n’ont pas retrouvé leurs niveaux historiques.Les populations des vertébrés marins ont tendance à augmenter dans les océans Arctique et Pacifique, et à diminuer dans l’océan Atlantique nord.La cause en sont probablement les effets combinés du changement climatique et de la pêche commerciale, mais les chercheurs restent très prudents dans leurs hypothèses à ce sujet.La conférence de l’Année polaire internationale 2012 réunit plus de 2.000 spécialistes de l’Arctique et de l’Antartique à Montréal du 22 au 27 avril.

 
Source : rtl.be (24.04.12)

L'accumulation inquiétante des polluants dans l'Arctique...
Les herbiers marins de Méditerranée : fragiles malgré leur formidable capacité d’adaptation...