Brésil : Le dauphin de la Plata, une espèce de plus en plus menacée…

Le dauphin au long bec de la Plata, l’un des plus petits du monde et vivant dans les eaux côtières du sud du Brésil, de l’Uruguay et de l’Argentine est de plus en plus menacé de disparition par la pêche au filet, alertent des chercheurs brésiliens. «On estime qu’au moins un millier de ces dauphins meurent chaque année près des seules côtes de l’Etat du Rio grande do sul (extrême sud du Brésil)», a déclaré vendredi à l’AFP le scientifique Emanuel Carvalho Ferreira. Ce chercheur a dirigé une étude financée par la Fondation du groupe Boticario de protection à nature sur la mortalité de ces cétacés «Pontoporia blainvillei», de leur nom scientifique, qui a «montré que les filets de pêche sont devenus de plus en plus grands au cours des années et font jusqu’à 30 kilomètres de long».

800px-Pontoporia_blainvillei_1847.jpg

La situation est grave au Brésil

«Cela représente une barrière pratiquement infranchissable pour ces petits dauphins», a souligné ce scientifique du Laboratoire de mammifères marins de l’université du Rio Grande do Sul (FURG) et collaborateur de l’ONG KAOSA qui protège cette espèce de l’Atlantique sud depuis vingt ans. La population de ces dauphins est estimée à quelque 40.000 à 50.000 individus. C’est au Brésil que la situation est la plus grave car en Uruguay et en Argentine, la pêche est plus artisanale. «Au Brésil, les embarcations sont plus grandes avec une vingtaine de pêcheurs (contre 4 ou 5 dans les deux autres pays) qui restent en mer jusqu’à vingt jours, ce qui a pour conséquence la capture accidentelle d’un grand nombre de cétacés», a-t-il ajouté. Pour remédier à la situation les chercheurs ont élaboré un projet où ils recommandent de réduire la taille des filets et l’interdiction de la pêche jusqu’à vingt mètres de profondeur. «Nous avons fait un travail de simulation en excluant la pêche jusqu’à 20 mètres de profondeur et le taux de capture accidentelle et de mort des dauphins a chuté de 72%», a dit Emanuel Carvalho Ferreira. «De nouvelles règles ont été établies pour réduire aujourd’hui la taille des filets à 15 kilomètres maximum. On les réduira progressivement ensuite. On a fait aussi tout un travail de prise de conscience des pêcheurs», a-t-il souligné.

(C) 2013 AFP

Source : 20minutes.fr (18.01.13)

Source photo : wikimedia.org

Les baleines à bec sont-elles vouées à disparaître ?
La baleine pygmée, seule survivante d’une famille éteinte depuis 2 millions d’années...