L’Assemblée nationale contre l’interdiction des filets dérivants…

Dans des conclusions adoptées par tous les groupes politiques sauf les écologistes, qui se sont abstenus, la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale s’est déclarée mardi 4 novembre « défavorable à l’interdiction totale des filets dérivants » proposée par Bruxelles le 14 mai.

A_fishing_net_in_Brandon_Creek_-_geograph.org.uk_-_921094.jpg



Estelle Grelier (PS), rapporteure de ce règlement à l’Assemblée nationale française, considère que « l’impact environnemental d’une interdiction totale est très incertain », et souligne que les ONG sont partagées sur le sujet. Elle ajoute que cette mesure « aurait un impact important sur la pêche artisanale ».

Elle indique qu’environ 400 navires pratiquent en France la pêche au filet dérivant, notamment dans les estuaires de la Loire, de la Gironde et de l’Adour. Et même davantage selon la dernière estimation du comité national des pêches.

Les députés accueillent en revanche « favorablement la volonté de la Commission européenne de préciser la définition des filets dérivants, afin d’éviter tout vide juridique » et souhaitent que les données sur cette question « soient fiabilisées et qu’une nouvelle étude d’impact soit réalisée ».

Cette proposition, vécue comme une provocation, a déjà reçu un accueil défavorable de la commission pêche du Parlement européen et il y a peu de chance qu’elle aboutisse. Mais le soutien de l’assemblée est bienvenu, même si la décision reviendra au final aux instances bruxelloises : parlement et conseil.

Source & texte de la communication et de la résolution adoptée :  lemarin.fr (05.11.14) Source  photo :  wikipedia.org 
Actualité récente en rapport : 

Vidéo – La petite boîte de thon en aluminium provient-elle d’une pêche durable… ? 

Pêche : vingt bateaux-usines de l’UE mis au pilori par Greenpeace…

Sea Shepherd n'est pas pas la bienvenue à l'île d'Yeu...
Pêche : vingt bateaux-usines de l'UE mis au pilori par Greenpeace...

Laisser un commentaire