La France a déjà épuisé son stock annuel de poisson

Sans titre 30

 

À partir de ce lundi 30 mai, la France a mangé tous les poissons que ses eaux peuvent produire en une année. Dans les années 90, cette date était fixée au 6 septembre.

À partir de ce lundi 30 mai, les Français ont déjà mangé tous les poissons que leurs eaux territoriales sont capables de produire en une année, selon le think thank (club de réflexion) britannique New Economics Foundation. Cette date, rebaptisée Fish Dependance Day, était fixée au 6 septembre dans les années 1990. Depuis, elle a progressivement avancé, pour se stabiliser aux alentours du 20 mai depuis 2009.

Pourtant, la France est bien mieux lotie que certains voisins, comme l’Autriche ou la Slovénie, qui ont peu ou pas d’accès à la mer. Dans le classement des pays européens les plus dépendants en poissons importés, la France arrive en treizième position, derrière d’autres pays avec une façade littorale importante tels que l’Italie, le Portugal, ou l’Espagne.

Cinquième consommateur de poisson d’Europe. Par contre, avec 35 kg consommés par personne et par an, la France est le cinquième pays européen consommant le plus de poisson, derrière la Finlande (36 kg), l’Espagne (42 kg), la Lituanie (43 kg) et le Portugal (57 kg). À eux seuls ces cinq pays représentent un tiers de la consommation de poissons de l’Union européenne.

Au niveau européen, le Fish Dependance Day intervient le 13 juillet, ce qui signifie que près d’un poisson sur deux consommé en Europe est pêché ailleurs dans le monde. Si cette date a avancé d’un mois depuis les années 2000, elle reste aux alentours du début juillet depuis 2008. « Nous espérons que cela démontre un changement de tendance et que la surpêche est en baisse dans les eaux européennes, mais il est trop tôt pour en être sûr  », explique New Economics Foundation.

Consommer plus de poisson serait «  insoutenable et injuste  » Pour autant, le think thank estime toujours qu’ « augmenter la consommation de poisson, dans un contexte de surexploitation des stocks, est insoutenable pour l’environnement et socialement injuste. L’Union européenne bénéficie de mers hautement productives, qui ont le potentiel pour fournir, de façon stable et à long terme, des poissons, du travail et tous les bénéfices sociaux et économiques qui en découle. Mais seulement si ses ressources halieutiques sont gérées de façon responsable. »

Source et capture d’écran : ouest-france.fr, le 30/05/2016

La crème solaire peut nuire gravement à l'océan. Quelles alternatives ?
Des Australiens lancent une bière au vomi de baleine