Cette machine révolutionnaire va nettoyer les océans de notre planète

La pollution des océans est un vrai fléau pour notre planète. Dans un rapport publié récemment par la fondation Ellen McArthur, on estime qu’en 2050, il y aura plus de déchets plastiques (en poids) dans les mers et les océans du globe que d’espèces animales. Plus que jamais, il est donc important d’agir en faveur de l’environnement. Basé aux Pays-Bas, Boyan Slat est un jeune inventeur de génie qui développe depuis plus de 2 ans « Ocean Cleanup », une machine révolutionnaire conçue pour nettoyer les océans.

 

C’est en 2014 que ce jeune inventeur commence à développer son concept. Grâce au financement participatif, il parvient en quelques semaines à réunir plus de 2 millions d’euros grâce à 38 000 donateurs. Jusqu’à présent, le projet Ocean Cleanup n’avait été testé qu’en milieu contrôlé ou à taille réduite. Le système mis en place par ce jeune inventeur néerlandais ne nécessite pas l’intervention de bateaux pour récupérer les déchets plastiques.

 

Ce système de filtration se présente sous la forme d’un barrage en forme de V, qui profite des courants marins naturels pour concentrer les déchets plastiques et mieux les récupérer. Le dispositif est d’ailleurs parfaitement autonome, et fonctionne sans aucune source énergétique. Le barrage est quant à lui modulable, et peut être adapté aux différentes dimensions. Le premier prototype « réel » a été placé le jeudi 23 juin dernier. D’ici 2020, on envisage d’installer un barrage dans l’Océan Pacifique, qui devrait permettre en moins de 10 ans de réduire de moitié la concentration de plastique, avec des coûts bien moins élevés que ce qui était initialement prévu avec d’autres procédés. Une excellente idée, en faveur de l’écologie, qui pourrait offrir un second souffle à notre planète si elle tend à se démocratiser.

Une idée de Slat Boyan | Via mrmondialisation.org

 

Capture d’écran 2016-06-28 à 18.46.33

Capture d’écran 2016-06-28 à 18.46.45

Capture d’écran 2016-06-28 à 18.47.03

 

Source : Creapills, 27.06.2016

Argentine & USA - Le Zoo de Buenos Aires et le Georgia Aquarium prennent la décision de mettre un terme à la captivité des animaux !
Finistère : au plus près des dauphins et des phoques!