🔊 Appel aux dons : Réseau-Cétacés sera présent à Taïji pour la prochaine saison de chasse aux dauphins… Mise à jour 15.07.17

Nous vous avons récemment informés que Valérie & Sandra – de l’équipe Réseau-Cétacés – viennent d’être intégrées officiellement au programme des Cove Monitors du Ric O’Barry’s Dolphin Project et seront présentes pour la prochaine saison de chasse aux dauphins à Taïji (Japon). De ce fait, et suivant les règles du Dolphin Project, l’appel aux dons – initialement créé sur Leetchi – a été transféré sur la plateforme officielle du Dolphin Project (voir le lien ci-dessous). La cagnotte Leetchi va donc être fermée et nos donateurs vont recevoir une information de clôture.

A ce jour, 827 euros ont été collectés sur les 3150 euros nécessaires à la bonne réalisation du projet. Nous comptons sur vous, sur vos dons – quel qu’en soit le montant (1 euros, 10 euros ou plus) – et sur vos partages pour nous permettre d’atteindre l’objectif au plus vite.

Vous pouvez donc faire un don :

Attention cependant, les dons effectués auprès du Dolphin Project ne pourront pas faire l’objet d’un reçu de don, l’association se situant hors de France. Les dons effectués auprès de Réseau-Cétacés feront bien l’objet d’un reçu fiscal.

Merci de votre mobilisation 🐬

Rappel :

Ceux qui nous suivent le savent, l’équipe de Réseau-Cétacés est très impliquée dans l’action du Ric O’Barry’s Dolphin Project pour la sauvegarde des dauphins au Japon :

– Relais quotidien de l’actualité liée à cette chasse.

– Organisation d’une collecte de fonds annuelle pour soutenir l’équipe terrain, les « Cove Monitors ».

– Distribution gracieuse de DVD « The Cove, la baie de la Honte » dans les établissements scolaires, aux portes des delphinariums et dans toute occasion de rencontres avec des célébrités.

Depuis quelques mois, Réseau-Cétacés a « mis de côté » chaque euro issu des ventes de la Boutique Réseau-Cétacés ainsi que vos dons. Au total, 1000 euros ont été collectés. Le coût du séjour de 2 semaines d’un binôme sur le terrain se chiffrant à environ 4150 euros (avion + train, location de voiture, essence et hébergement), nous avons encore besoin d’un peu plus de 3000 euros afin de nous permettre de rejoindre Taïji pour la saison de chasse 2017-2018.

Pourquoi est-il important que Réseau-Cétacés se rende sur place ?

La décision relative à ce déplacement sur le terrain n’a pas été facile à prendre car il s’agit d’une réalité difficile à affronter… Pour autant, il nous parait important de franchir ce pas pour :

– Renforcer les équipes des Cove Monitors du Ric O’Barry’s Dolphin Project. Plus nous serons nombreux à postuler, mieux la saison de chasse sera documentée.

– Que notre statut de « témoins directs » donne plus de poids à nos mots afin de convaincre l’opinion publique et les autorités compétentes d’oeuvrer pour la protection des dauphins au Japon, et pour la fin des spectacles de cétacés dans les parcs.

– Que, grâce à ce séjour sur le terrain, se crée une vague de solidarité en France (et en Francophonie 🙂) après avoir convaincu des célébrités de nous relayer via les réseaux sociaux.

– Informer les médias francophones en temps réel de ce qu’il se passe à Taïji.

La chasse aux dauphins au Japon :

Chaque année, au Japon, le gouvernement autorise la capture en mer de plusieurs milliers de petits cétacés. Une majorité des individus capturés est mise à mort – dans un climat de violence extrême – avec la complicité des delphinariums ! Un documentaire, diffusé en France par Luc Besson, intitulé « The Cove, la Baie de la Honte » lève le voile sur ces massacres…

La finalité de ces captures est la consommation alimentaire…

En effet, la viande de cétacé est consommée au Japon, par une minorité cependant. Rappelons, à ce propos, que les eaux côtières japonaises sont excessivement polluées ; par conséquent l’ingestion de viande de cétacé demeure néfaste pour le consommateur en raison du taux de polluants qu’elle contient !

… Et l’approvisionnement des delphinariums :

L’industrie de la captivité, en subventionnant largement ces battues, leur permet d’exister. En effet, les chasses à des fins purement alimentaires ne seraient pas rentables. Subventionner les massacres, permet aux delphinariums de sélectionner certains individus afin de les exporter dans le Monde entier.

#LibertéDauphins... Réseau-Cétacés invite les personnalités à faire passer le message... !
L'expo "Aimer les cétacés, c'est respecter leur liberté" à la Médiathèque de Port-Louis (Guadeloupe), juillet 2017...

Laisser un commentaire