Que faire en cas d’échouage d’un cétacé ?

La manipulation des mammifères marins échoués est l’affaire d’une structure compétente, de personnes formées bien au courant des risques sanitaires autant que de l’intérêt scientifique.

Un guide plus détaillé sur les échouages de mammifères marins est téléchargeable : Guide échouages mammifères marins 2015

Si vous trouvez un cétacé échoué, merci de contacter immédiatement l’un des correspondants habilités du Réseau National Echouages : liste et coordonnées RNE ou les pompiers au 18 ou 112

 

logo-rne-reseau-national-d-echouages_reference

 

Transmettre les bonnes informations…

  • L’animal est mort ou vivant
  • L’espèce de mammifère marin ou sa description si vous ne savez pas ou que le cadavre est dans un état de décomposition avancée
  • Le nombre d’individus échoué
  • La localisation la plus précise possible (si possible point GPS sinon se situer avec la commune, le lieu-dit puis par rapport aux rues, axes, entrée de plages, distance par rapport à un point remarquable, etc.).

Echouages d’animaux morts

  • Ne touchez et ne manipulez surtout pas l’animal, même s’il est en bon état, afin d’éviter tout risque de transmission de maladie
  • Alertez les autorités

Echouages d’animaux vivants

  • Ne pas manipuler l’animal pour éviter de le blesser
  • Ne pas grimper sur l’animal
  • Ne pas oublier qu’un animal sauvage en détresse va chercher à se défendre (morsures, coups, etc.)
  • Eviter les attroupements, l’agitation et le bruit qui stresseraient l’animal
  • Ne pas tenter une remise à l’eau sans l’aide de correspondants du réseau
  • Protéger l’animal des rayons du soleil grâce à un parasol
  • Protéger l’animal de la dessiccation (dessèchement) en le couvrant d’un linge mouillé en veillant à ne pas obstruer son évent qui lui permet de respirer
  • Creuser le sable sous l’animal pour faciliter sa respiration et éviter qu’il meurt étouffer sous son propre poids

Risques liés à la manipulation des cétacés échoués vivants ou morts

  • Risques de blessures (coup de queue, morsures, etc.), de chutes ou de coupures
  • Risques de contamination (Vibrio sp. Poxvirus)
  • Brucella maris, récemment découverte, potentiellement contagieuse à l’homme en conditions de laboratoire, est systématiquement recherchée sur la rate des animaux échoués
  • L’autopsie présente également des risques sanitaires (maladie du rouget, due à Erysipelothrix rhusiopathiae)

 

Photo : Morgane Perri, association Al Lark

Photo : Morgane Perri, association Al Lark

 

Sources :

sanctuaire-pelagos.org

crmm.univ-lr.fr

Photo à la Une : Pascal Stappen, commons.wikimedia.org