Les dauphins profondément stressés par les bateaux de plaisance…

Il semblerait qu’une rencontre avec un dauphin ne soit synonyme de plaisir que pour le touriste. En effet, des chercheurs de l’université de Newcastle ont été surpris par les résultats de tests effectués sur des dauphins Tursiops : ces derniers seraient stressés lorsqu’ils se trouvent en présence de bateaux de plaisance.

Pouvoir longuement admirer les dauphins est le rêve de bien des amoureux des animaux. Et pourtant, ce qu’ils ne savent pas, c’est que l’animal ne vit pas cette rencontre de façon aussi idyllique.

Une étude a été menée sur les dauphins du genre Tursiops peuplant les côtes de Zanzibar. Les chercheurs ont remarqué que les cétacés désertaient les zones où passaient des bateaux de plaisance, s’y nourrissaient moins, s’y reposaient moins et y étaient moins sociables.

Les dauphins ont été observés pendant une période de quarante jours. Lorsque les bateaux étaient présents, leur temps de repos diminuait de 38 à 10%, le temps passé à socialiser baissait de moitié alors que le temps passé à nager était doublé, passant de 33 à 77%. Ces déplacements accrus n’ont pas pour but de faire plaisir aux touristes, mais bien de les éviter. Le danger induit est réel : les dauphins passent plus de temps à se dépenser qu’à se nourrir ou se reposer.

Les animaux risquent également de déserter définitivement les zones sujettes au passage des bateaux de plaisance. Or, le tourisme est la principale source de revenus du pays, quelques 60.000 touristes visitant Zanzibar chaque année, et une grande partie profitant de leur séjour pour contempler les dauphins. Bien sûr beaucoup d’entre eux pourront payer un supplément pour faire un détour afin d’observer les animaux qui auront migré mais cela n’améliorera pas la situation des cétacés.

L’observation des dauphins a remplacé leur chasse depuis 1992. Même si elle est bien moins dangereuse pour la survie des espèces, elle n’est pas totalement innocente. Et si vous admirez ces animaux, le mieux à faire est certainement de les laisser en paix ou au moins, d’adopter une conduite responsable en ne s’approchant pas trop d’eux, surtout à bord d’énormes bateaux.

Dolphin-Watching -brasil (C) Alberto Perdomo-Flickr.jpg

Source : maxisciences.com (21.03.10)

Le cétacé du mois d'avril : la Baleine à bec de Cuvier...
Montréal (Québec) : un béluga vieux de 10 700 ans au Biodôme...

Laisser un commentaire