Une baleine grise perdue au large d’Israël…

JÉRUSALEM — L’apparition d’une baleine grise au large d’Israël n’en finit pas d’étonner les scientifiques, l’imposant mammifère n’ayant pas été aperçu hors de l’océan pacifique depuis quelques siècles.

La baleine, repérée pour la première fois samedi en Méditerranée au large d’Herzliya (centre), a probablement parcouru des milliers de kilomètres en provenance du Pacifique Nord après s’être perdue en cherchant de la nourriture.

« C’est un événement incroyable, présenté comme l’un des plus importants repérages de baleine jamais réalisé », commente le Dr Aviad Scheinin, président du Centre de Recherche et d’Assistance pour les Mammifères Marins d’Israël.

« Ce qui a stupéfié la communauté des chercheurs toute entière, c’est qu’il n’y a pas eu de baleine grise dans l’Atlantique depuis le XVIIIe siècle », dit M. Scheinin. Les baleines grises vivent actuellement dans les secteurs occidentaux et orientaux du Pacifique Nord.

La baleine, un mâle mûr mesurant environ 12 mètres et pesant une vingtaine de tonnes, a vraisemblablement gagné l’Atlantique via le Passage du Nord-Ouest, un passage maritime reliant le Pacifique à l’Atlantique en passant entre les îles arctiques du grand Nord canadien, normalement recouvert de glace, avant de terminer en Méditerranée.

« On a un animal censé vivre dans le Pacifique et comme la glace de l’Arctique est en train de fondre, il a réussi à emprunter ce corridor près du détroit de Béring », a ajouté le Dr Scheinin.

Normalement, les baleines grises quittent le nord-est du Pacifique pour le Sud aux alentours d’octobre, à la recherche des eaux plus chaudes du Golfe de Californie, soit un aller-retour d’au moins 5.000 km.

A l’automne, la baleine « perdue » a pris la route du Sud dans l’intention de « tourner à gauche » dans la baie de Californie. Au lieu de quoi, elle s’est retrouvée dans l’Atlantique et a « tourné à gauche » à Gibraltar pour finir en Méditerranée, selon le Dr Scheinin.

« La question est désormais la suivante : allons-nous assister à une recolonisation de l’Atlantique ? », se demande-t-il.

En attendant, la baleine semble se trouver bien là. « Elle est plutôt maigre, ce qui tend à montrer que le voyage fut difficile mais nous pensons qu’elle peut survivre ici », dit-il.

 

Source : google.com (12.05.10) Voir aussi : iwdg.ie

  

 

Ile de la Réunion : Le ballet des baleines commence...
Plouharnel (56) : un dauphin provoque un bouchon sur la RD768 !