Sea World Florida : après le décès tragique de Dawn Brancheau, mort de l’orque Taima et de son petit…

Deux tragédies se sont succédées en moins de six mois au Sea World d’Orlando de Floride, aux États-Unis : après la mort de la dresseuse Dawn Brancheau, le 24 février, tuée par Tilikum, l’unique orque mâle et étalon du parc, l’établissement perd cette fois-ci une de ses femelles reproductrices Taima, dont la gestation, ainsi que celle d’une autre orque, Katina, avait été annoncée en mai dernier dans la presse.

D’après le porte-parole officiel de Seaworld, Taima est décédée le 6 juin suite à des complications, 20 heures après que le processus naturel de mise-bas se soit déclenché. Le petit est mort-né. Selon les déclarations faites par les vétérinaires de SeaWorld, « le petit se trouvait dans une position inhabituelle dans le canal de naissance ; le placenta précédant le fœtus ». Une autopsie permettra de définir les causes précises de la mort de Taima et de son petit.

Gestation : risques et bénéfices

La gestation chez les orques captives est un facteur de mortalité non négligeable. Taima est la troisième femelle morte à Sea World, suite à des complications post-partum, depuis 1994. Gudrun, la mère de Taima, est morte d’infection après avoir mis bas un petit mort-né en 1996. Nootka a succombé à une infection bactérienne 26 jours après la naissance de son petit mort-né en 1994. Quatre autres femelles sont également mortes alors qu’elles étaient en gestation, bien que la mort n’ait pas été directement causée par la grossesse.

Bien que des traitements contraceptifs soient disponibles, les gérants de parcs font courir le risque aux femelles, car la survie des delphinariums dépend de l’apport de nouvelles orques qui viendront compenser la mortalité ; l’importation d’orques sauvages capturées à des fins de divertissement n’étant plus une option, car les captures sont connotées négativement auprès du public. En conséquence, les gérants du groupe Sea World stimulent la reproduction des orques en bassin en établissant des groupes sociaux optimaux pour atteindre cet objectif ou via l’insémination artificielle des femelles. Les orques sont précieuses : elles attirent 23,5 millions de visiteurs par an à SeaWorld et génèrent 1,4 milliard de recettes annuelles.

Taima (C) Deliriant_FLickr - Allie Caulfied_Flicr- Mrs Woman_Flickr.jpg
Conséquence de la mort de Taima

Cette perte est considérable pour le parc ; Taima étant en effet une mère expérimentée et dans la force de l’âge, sur laquelle reposaient de grands espoirs après trois naissances de petits en bonne santé. Taima, née au Sea World d’Orlando, est la fille de Gudrun, une orque sauvage capturée dans les années 1970 en Islande et achetée par le Delphinarium de Harderwijk aux Pays-Bas. En 1987, elle fut vendue au Sea World d’Orlando afin d’être intégrée au programme de reproduction en bassin.

Il s’agit également d’un échec au niveau médical, car aucune des mesures prises par l’équipe vétérinaire n’a permis de soulager la femelle et de la sauver. Les cétacés respirent consciemment, ce qui rend toute procédure d’anesthésie dangereuse et rend difficile la pratique de la césarienne en cas de complication durant la mise bas, comme elle est largement pratiquée chez d’autres espèces de mammifères. La très grande taille de l’orque entrave également la manipulation.

Taima laisse une orpheline de 3 ans, Malia, née le 12 mars 2007. Les impératifs du programme de reproduction et le maintien de cette espèce en captivité ne respectent pas la structure sociale des orques ; contrairement aux groupes d’orques sauvages stables composés d’une femelle et de ses petits, les risques de consanguinité en bassin encouragent les parcs à rompre ces unités familiales en transférant les petits vers d’autres structures. Ainsi, le petit de Taima, Tekoa, mâle né en 2000 fut « loué » au Loro Parque en 2004 et Sumar, né en 1998 fut transféré au Sea World California. Taima laisse également une orpheline de 3 ans, Malia, née le 12 mars 2007, au Sea World Florida.

Il reste aujourd’hui sept orques au Sea World d’Orlando, jusqu’à la naissance du septième petit de Katina, âgée de 32 ans et d’origine sauvage, prévue au mois d’octobre. Le groupe est composé de six femelles et du mâle Tilikum, géniteur à l’origine des deux gestations et de onze autres depuis son acquisition en 1992.

Source : orlandosentinel.com (SeaWorld orca dies while giving birth,06.06.10)

orlandosentinel.com (Breeding killer whales key for SeaWorld future, but orca death renews debate, 19.06.10)  upi.com (18.06.10)

Un dauphin tente de quitter son bassin, pour échapper à la captivité ?
Canada : décès de Nala, jeune béluga, à l'Aquarium de Vancouver...