Cachalot du Miocène : le fossile du super-prédateur livre ses secrets…

Récemment publiée dans le journal Nature, l’étude des restes fossilisés du cachalot archaïque découvert au Pérou en 2008 nous livre l’image d’un carnassier hors norme.

Avec des dents de 36 cm de longueur pour un diamètre de 12 cm, Leviathan melvillei, le cachalot fossile vieux de 12 millions d’années, était sans doute un mangeur de baleines. Le crâne, la mandibule et les dents de ce cétacé, mis au jour en 2008 à Cerro Colorado (Pérou), continuent d’être étudiés par une équipe internationale de chercheurs, notamment au musée d’histoire naturelle de Lima et au muséum national d’histoire naturelle de Paris.

Avec un corps de 13,50 à 17,50 mètres et une mâchoire de 3 mètres garnie de dents puissantes, l’animal était équipé pour saisir et tuer de grosses proies, peut-être des baleines à fanons, particulièrement bien représentées à cette époque du Miocène et dont plusieurs squelettes fossiles ont été retrouvés sur ce même site. Le cachalot devait être en compétition avec le Megaselachus megalodon, un requin géant vivant à la même période, dont on a également retrouvé plusieurs dents lors des fouilles.

Contrairement aux cachalots mangeurs de calmars, dont les descendants comme le grand cachalot vivent encore, la lignée du Leviathan a disparu vers la fin du Miocène ou au Pliocène. Les scientifiques ignorent pour l’instant pourquoi, mais évoquent une baisse de la diversité des espèces de baleines (les proies du géant ?), ainsi que des changements climatiques.

spermwhaleteeth2028C2920kevinzim_Flickr.jpg

Source :  maxisciences.com   (16.10.10)

Les coraux asiatiques meurent trop vite...
Communication interspécifique : l’équivalent de l’Esperanto chez les dauphins ?