Mayotte, trésor sauvage…

Mayotte va devenir le 101e département français. Cette île inouïe déploie le second plus grand lagon du monde.

Beaucoup la confondent encore avec Majorque. Mais non, Mayotte est l’île la plus méridionale de l’archipel des Comores, située entre le Mozambique et Madagascar ! C’est un petit bout d’Afrique de 376 km2, qui appartient pourtant à la France… Colonie puis territoire d’outre-mer en 1958, l’île deviendra le 101e département en mars. Mayotte porte bien son surnom « d’île au lagon ».
Son histoire même est liée à la mer.

Selon la tradition, le nom de Mayotte proviendrait d’un mot arabe, « maout », signifiant la mort. De nombreux navires se seraient fracassés sur la barrière de corail, double par endroits, entourant l’île. Ce fameux lagon, le 2e plus grand au monde, s’étend sur 1.500 km2. En arrivant en avion ou en survolant Petite et Grande Terre en ULM (une activité à ne pas rater), on est subjugué par les nuances infinies de bleu et de vert.

Malgré les problèmes d’assainissement (une seule station d’épuration pour 200.000 habitants), le plateau corallien est encore en excellent état. Mayotte est un paradis pour les plongeurs, qui ne se lassent pas de sonder « la passe en S ». « C’est un phénomène unique au monde, explique Yannick Stéphan, de Mayotte Découverte. L’entrée dans le lagon en forme de S est le lit d’une ancienne rivière datant de 8 millions d’années. »

Avec palmes, masques et tubas, on peut tout aussi bien observer tous les poissons de l’océan Indien qui abondent sur les tombants : raies, mérous, balistes, carangues, poissons clowns, chirurgiens ou perroquets… Certains îlots de sable blanc, façonnés par les marées, sont facilement accessibles en bateau : dans le Nord, en face de l’île M’Tzamboro, ou au sud-est, face à la pointe Saziley. Vous croiserez forcément des baleines ou des dauphins. Les Tursiops, les grands dauphins, accepteront même peut-être de nager avec vous. C’est plus difficile avec les petits dauphins tachetés, ces grands chasseurs de poissons volants.

« Les adeptes de la randonnée ont de quoi se régaler », garantit Christophe Gravier, directeur du comité du tourisme. Sur 170 km, le GR1 déroule des points de vue hallucinants. Vous évoluerez entre cocotiers, baobabs et manguiers, dans lesquels se réfugient des lémuriens – les makis – et des roussettes, grandes chauves-souris fructivores.

Si l’île est française, nombreux sont les Mahorais dans les villages qui parlent très peu la langue. Mais les femmes accepteront volontiers de vous faire un masque de beauté traditionnel, le msindanu, à base de pierre de corail et de bois de santal, aux vertus protectrices et cicatrisantes ou de vous régaler de samosas et de brochettis. « Aujourd’hui, Mayotte accueille 50.000 touristes, évalue le préfet de l’île. D’ici quinze ans, nous tablons sur 100.000. » Il est temps d’en profiter.Humpack (C) Michael Dawes_Flickr.jpgProtégez les tortuesA N’Gouja, 100 à 200 tortues vertes broutent l’herbier toute l’année. Un phénomène unique au monde, qu’étudie depuis 2003 Katia Ballorain, docteur en écologie. « C’est une question de latitude et de température. Pour qu’elles restent, les baigneurs ne doivent pas les déranger. » Même consigne pour celles qui viennent pondre là, à Saziley ou à Moya, sur Petite Terre. Le risque ? « Qu’elles rejoignent d’autres plages non surveillées, où elles seront braconnées », explique Franck Charlier, de l’association Oulanga Nyamba. Quelque 1.500 tortues ont été massacrées l’année dernière. Aux touristes, aussi, de contribuer à leur protection.

Carnet de routeY aller Chaque semaine, 3 vols directs de Paris avec Corsairfly (à partir de 930 € sur www.corsairfly.fr). 10 heures de vol. Avec Air Austral, à partir de 843 € sur www.Airaustral.fr avec escale à l’aller et au retour à La Réunion. Séjour 7 nuits + vol à partir de 1.465 € avec Nouvelles Frontières (www.nouvelles-frontieres.fr)
Météo 24-28° de mai à octobre. 29-34 °C pendant la saison des pluies de novembre à avril.
Décalage horaire + 2 heures par rapport à la métropole en hiver et + 1 heure en été.
Langues Français, shimaoré (variante du swahili) et shibushi (variante du malgache)

Bons plansA ne pas raterLes baleines Baleines à bosse, bleues et requins baleines viennent se reproduire et mettre bas de juillet à octobre. Les dauphins sont présents par centaines toute l’année. Pour les observer, passez une journée avec Yannick Stephan, spécialiste des mammifères marins. (65 € pour adultes-50 € pour enfants, repas compris).
Mayotte Découverte : 06.39.69.17.24 mayottedecouverte.fr
La plongée Sur la passe en S ou les îlots, on admire coraux, tortues, mérous, barracudas et parfois un dugong, cousin du lamentin.
Hippocampe plongée, à Mamoudzou. 50 € le baptême, 38 € pour les plongeurs autonomes, tél. : 06.39.69.16.93.

La ponte des tortuesSur la plage de N’Gouja, avec la scientifique Katia Ballorain.
Contact : Jardin Maoré, tél. : 02.69.60.14.19.
– Sur les pages Moya (Petite Terre) avec l’association Oulanga Nyamba. Franck : 06.39.69.23.29.
– Sur les plages de Saziley avec Matulay Explorer, qui organise des bivouacs, Sidi : 02.69.60.60.10.
Le mont Choungi Une randonnée de 40 minutes dans la forêt tropicale. L’ascension est raide, déconseillée si l’on est sujet au vertige !

Se logerLe Jardin maoré Au sud-ouest de l’île, 18 bungalows tout confort dans une vaste propriété. Accès direct à la magnifique plage de N’Gouja, sanctuaire pour les tortues marines. A partir de 46 € le bungalow standard en basse saison, jusqu’à 140 € le supérieur en haute saison. www.hotel-jardin-maore.com
Les Baobabs A Bandrélé, Pascale, avocate et grande voyageuse, a transformé sa villa avec vue plongeante sur le lagon et l’îlot Bambo, en 5 chambres d’hôte accueillantes. Chambre + petit déjeuner : 95 € pour 2. Nous vous conseillons le dîner en terrasse, préparé par un chef comorien.
Tél. : 06.39.69.37.33. www.lesbaobabs.fr

Se restaurerLe Moana Le spécialiste du poisson cru et en grillades. Terrasse panoramique sur le port. Menu 30 €.
Rue du commerce, Mamoudzou, tél. : 02.69.61.06.12.
Le Zam Zam Dans sa petite maison en bois en bord de route, à Bandrélé, Abdou concocte de délicieux plats mahorais et malgaches. 5 € par personne !
35, rue Baudin, tél. : 06.84.97.99.94.

Source : francesoir.fr  (13.11.10)

Éoliennes marines : quels risques pour l'environnement ?
Miss Suisse s'engage pour les dauphins !

Laisser un commentaire