Le gouvernement du Canada propose l’aire géographique visée pour une aire marine nationale de conservation dans le détroit de Lancaster…

Un important pas en avant pour protéger le « Serengeti de l’Arctique »

OTTAWA, ONTARIO–(Marketwire – 6 déc. 2010) – C’est avec fierté que le ministre canadien de l’Environnement, M. John Baird, le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien, M. John Duncan, le ministre de Ressources naturelles Canada, M. Christian Paradis, et la ministre de la Santé, Mme Leona Aglukkak, ont annoncé aujourd’hui la position du gouvernement du Canada concernant une limite géographique possible pour une aire marine nationale de conservation dans le détroit de Lancaster, au Nunavut. Cette annonce représente une étape clé dans l’engagement du Canada de protéger les eaux marines et la faune du détroit de Lancaster, un trésor écologique d’importance mondiale que l’on appelle parfois le « Serengeti de l’Arctique ». Les ministres ont également annoncé que le gouvernement du Canada amorcerait immédiatement des consultations en vue d’une entente finale sur la zone à inclure dans l’aire marine de conservation.

« L’excitante annonce faite aujourd’hui est une étape importante dans l’engagement du Canada de collaborer avec le gouvernement du Nunavut et la Qikiqtani Inuit Association afin de protéger cette aire écologique fort importante, a déclaré le ministre Baird. Ceci ouvre la voie à des consultations transparentes et respectueuses avec nos principaux partenaires et le grand public afin de faire en sorte que tous les points de vue soient pris en compte avant de prendre des décisions définitives sur une limite géographique. »

En raison de ses caractéristiques biologiques et océanographiques, le détroit de Lancaster est une aire écologique extrêmement importante. Il est situé entre les îles de Baffin et Ellesmere, au Nunavut. Cette région est écologiquement indispensable pour plusieurs mammifères marins, y compris les phoques, le narval, le béluga, la baleine boréale, ainsi que pour le morse et l’ours polaire. De plus, le détroit abrite certaines des plus grandes colonies de nidification d’oiseaux de mer en Arctique, regroupant des centaines de milliers d’oiseaux.

« La prochaine étape consiste à consulter les organisations et les communautés inuites, les parties concernées et le grand public avant de prendre une décision définitive, a expliqué la ministre Aglukkaq. La création d’un comité directeur composé de représentants de Parcs Canada, du gouvernement du Nunavut et de la Qikiqtani Inuit Association est essentielle pour veiller à ce que les intérêts des communautés du Nord soient pris en compte. Le comité aidera également à orienter le travail relatif à la proposition de l’aire marine nationale de conservation. »

« Pendant les consultations, aucune activité d’exploration ou d’exploitation des ressources pétrolières ne sera permise à l’intérieur de l’aire proposée. Lorsqu’une aire nationale marine de conservation sera désignée, la région touchée demeurera protégée du développement industriel, et ce, peu importe les ressources potentielles », a expliqué la ministre Paradis.(C) Ansgar Walk.jpg« Les décisions définitives relatives à une limite géographique seront fondées sur des consultations et sur une évaluation de la valeur écologique de l’aire marine et des ressources énergétiques, a souligné le ministre Duncan. Les importants résultats de ces évaluations seront rendus publics lorsque celles-ci seront complétées. »

« La Qikiqtani Inuit Association est enthousiaste à l’idée de travailler avec les Inuits de la région nord de l’île de Baffin, avec Parcs Canada, ainsi qu’avec le gouvernement du Nunavut, en vue de créer une aire marine nationale de conservation, a déclaré Mme Okalik Eegeesiak, présidente de la QIA. Le détroit de Lancaster représente bien plus qu’un couloir de navigation pour les Inuits… il fait partie de notre chez-nous. Les Inuits vouent un profond respect à la terre, l’eau, la faune et l’histoire culturelle, et aspirent à un équilibre entre ces éléments. Nous espérons que cette étude de faisabilité aidera à renforcer les liens entre le savoir des Inuits et la science conventionnelle, et ce, pour un meilleur Canada. »

« Nous saluons cette annonce et soulignons l’intérêt des consultations sur la limite géographique; ces consultations constituent la prochaine étape vers la conservation de cet écosystème marin d’importance planétaire, un écosystème qui fait face à des changements sans précédents », a souligné M. Gerald Butts, président du WWF-Canada.

« Nous sommes ravis de voir le Canada prendre ces mesures cruciales pour protéger l’un des plus riches écosystèmes marins nordiques au monde, a déclaré Éric Hébert-Daly, directeur exécutif au bureau national de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP). Nous avons hâte de travailler avec Parcs Canada, la Qikiqtani Inuit Association, et le gouvernement du Nunavut lors des consultations publiques et les autres étapes qui conduiront à l’établissement de cette vaste et très importante aire marine nationale de conservation dans le détroit de Lancaster. »

« En août dernier, dans l’Énoncé de la politique étrangère du Canada pour l’Arctique du gouvernement fédéral, nous avons déclaré que nous créerions une aire marine nationale de conservation dans le détroit de Lancaster, a souligné le ministre Baird. Avec la mesure énergique que nous prenons aujourd’hui, nous démontrons au reste du monde que le Canada agit de façon responsable pour libérer le potentiel économique du Nord tout en protégeant nos intérêts environnementaux et nationaux. »

Le réseau de Parcs Canada est sur un incroyable élan de croissance. Au cours des 100 premières années du réseau, le Canada a protégé environ 277 000 km2 de terres et d’eaux. Au cours des 4 dernières années seulement, le gouvernement du Canada a pris des mesures qui lui permettront d’ajouter près de 90 000 km2 – ce qui représente près de deux fois celle de la Nouvelle-Écosse – aux terres et eaux déjà protégées et administrées par Parcs Canada. Une augmentation de 30 %. En reconnaissance de ces réalisations exceptionnelles en matière de conservation et de protection des espèces en péril, le chapitre canadien du WWF a proposé la candidature de Parcs Canada pour l’obtention du prestigieux titre Don à la Terre, la plus haute distinction décernée par le WWF.

Dans le cadre du 125e anniversaire des parcs nationaux du Canada, le gouvernement du Canada est fier de travailler en collaboration avec le gouvernement du Nunavut et la Qikiqtani Inuit Association pour créer l’aire marine nationale de conservation du détroit de Lancaster, une réalisation qui laissera un héritage vivant dont les générations d’aujourd’hui et de demain pourront profiter.

Parcs Canada a pour mandat de veiller à ce que le patrimoine culturel et naturel du Canada soit mis en valeur et protégé dans l’intérêt du peuple canadien, tant pour son agrément que pour l’enrichissement de ses connaissances et d’offrir à la population la possibilité de faire de véritables découvertes inspirantes.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la fiche d’information connexe à l’adresse http://www.pc.gc.ca/, sous la rubrique Salle des médias.

Source : marketwire.com  (06.12.10) 

Envoyez une carte postale aux pêcheurs de Taiji !
Finlande : une espèce sur dix menacée par le réchauffement climatique...