Echouage d’un dauphin rare…

Le cétacé retrouvé sur l’île d’Oléron, vendredi, était un dauphin de Risso…

La collection du Centre de recherche sur les mammifères marins (CRMM) de La Rochelle compte une nouvelle pièce depuis vendredi. Une pièce rare : un dauphin de Risso (Grampus griseus), retrouvé mort à la passe de l’Ecuissière, à Dolus-d’Oléron.

Le cétacé à la peau grise, décrit dans un premier temps comme un marsouin par des témoins, avait été aperçu en matinée, peu avant 8 heures, non loin de là, échoué vivant dans l’anse de la Perroche (« Sud Ouest » du 25 juin). Correspondante oléronnaise du CRMM, Christiane Anselme fut la première avertie. Avec l’aide des pompiers sauveteurs côtiers du Château-d’Oléron, l’animal, présentant sur le corps quelques blessures jugées superficielles par le docteur vétérinaire Vanessa Fuks, fut remis à l’eau. Alors qu’il semblait être reparti normalement, il revint s’échouer une deuxième fois, deux heures plus tard, à l’Ecuissière. Grampus -2006 (C) Changhua Coast Conservation Action_Flickr.jpgEnvie de mourir

« Un animal qui vient, comme celui-là, s’échouer à marée montante a envie de mourir. Ce n’est pas une explication scientifique, je m’appuie uniquement sur mes observations personnelles », précise Christiane Anselme, qui aurait préféré faire connaissance en de meilleures circonstances avec cette espèce appartenant à la famille des delphinidae, rarement observée sur les côtes françaises.

« Le dauphin de Risso porte le nom de l’homme qui l’a observé pour la première fois (le naturaliste français Antoine Risso), au début du XXe siècle, en Méditerranée. Habituellement, on le trouve dans des eaux plus tempérées, dans toute la Méditerranée, dans les Caraïbes, au Japon, en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande, quelques fois dans l’Atlantique du Nord-Est. Ce sont des animaux qui peuvent aller dans les grands fonds, jusqu’à 1 000 mètres de profondeur, par exemple dans les grandes fosses de l’Atlantique. Ce qui explique la présence de cette grosse bosse sur la tête, qu’on appelle le melon. Il peut effectuer des plongées de plus de 20 minutes », explique-t-elle.

Le dauphin échoué à Oléron était un mâle mesurant 2,85 m et pesant 300 kg. L’autopsie pratiquée, samedi, au CRMM de La Rochelle a révélé qu’il n’avait pas mangé depuis plusieurs jours. Aucun parasite n’a été découvert dans ses organes vitaux. La raison qui l’a poussé à mettre fin à ses jours – était-il trop vieux, ou malade ? – demeure inexpliquée.

Elle est d’autant plus mystérieuse qu’elle fait suite à une macabre découverte du même genre. «Il y a quinze jours, un autre dauphin de Risso s’est échoué, en Bretagne», indique Christiane Anselme, qui vient d’observer son dix-huitième échouage de dauphin sur l’île d’Oléron depuis le 1er janvier. « Ce sont en grande majorité des dauphins communs, remarque-t-elle. On en retrouve toujours sur les plages l’hiver, de même qu’on aperçoit de temps en temps un bébé phoque. Mais ce n’est pas arrivé cette année ».

Pour tous les échouages observés sur l’île d’Oléron, contacter Christiane Anselme, correspondante du Centre de recherche sur les mammifères marins. Tél. 06 67 69 74 43.

« Ce sont des animaux qui peuvent aller dans les grands fonds, jusqu’à 1 000 mètres de profondeur »

Source : sudouest.fr  (27.06.11)  Voir également : francesoir.fr     Plus d’infos sur l’espèce & fiche pédagogique téléchargeable :Le dauphin de Risso    Actualité récente en rapport :

Ile de Sein : une baleine échouée sur une plage…   

Un baleineau s’échoue à Carry…  Une baleine échouée sur une plage de Corse…  

Canada : empêtrement d'un rorqual commun...
Afrique du Sud : une baleine sauvée de la mort !