Les côtes de Maurice attirent les cachalots…

L’association Globice, spécialiste des cétacés a réalisé une 3ème mission pour son étude du cachalot dans la zone Réunion-Maurice. Il en ressort notamment que les cachalots apprécient la côte mauricienne… Voici les précisions de Globice dans un communiqué. (C) -Small_Flickr.jpg« L’association Globice a réalisé du mercredi 30 juin au jeudi 07 juillet 2011 la troisième mission de son projet « Etude du cachalot dans la zone Réunion-Maurice ». Cette mission, réalisée en partenariat avec la MMCS (Marine Mauritius Concervation Society), entre dans le cadre d’une étude scientifique de la population de cachalot des Mascareignes, financée par la Fondation Nature & Découverte.

L’objectif général de ce projet est de mener une étude scientifique visant à améliorer les connaissances sur le cachalot dans le Sanctuaire Baleinier de l’Océan Indien, et plus particulièrement dans la zone Réunion-Maurice.

Le cachalot est une espèce cosmopolite que l’on observe dans tous les océans. Mais bien que l’espèce soit présente sous toutes les latitudes de la planète, son étude n’en est pas moins difficile, du fait de son mode de vie. En effet, le cachalot passe la plupart de son temps en plongée. Il détient d’ailleurs les records de profondeur et de temps de plongée avec 3000 m de fond et 1h30 d’apnée.

Les connaissances sur cette espèce au sein de l’océan indien sont très limitées. Quelques études et observations révèlent sa présence aussi bien en zone océanique qu’en zone côtière. Devant le manque de connaissances sur cette espèce, Globice s’est lancée dans un projet d’étude basé sur des prospections visuelles et acoustiques. Deux premières missions de 8 jours en mer, ont été réalisées entre La Réunion et Maurice en mai 2008 et en octobre 2009.

Elles ont révélées :
– une abondance relativement importante de cachalots proche des côtes de Maurice.
– Une préférence des groupes pour les eaux de plus de 1500m de fond, sur la pente externe du talus de Maurice.
– Des groupes composés de femelles accompagnées de leurs petits.
– Deux grands types d’activité observés : nourrissage et socialisation ; les vocalises qui leur sont associées ont été enregistrées.
– des mouvements d’individus le long de la côte de Maurice, et entre différents groupes.

En outre, un catalogue de photo-identification a pu être initié avec 35 individus différents, identifiés à partir de la forme de leur nageoire caudale.

Afin de poursuivre et approfondir cette étude, Globice a sollicité en 2010 un deuxième financement auprès de la Fondation Nature & Découverte. Ce programme prévoit l’organisastion de deux types de missions en mer en 2011 et 2012 : Quatre missions courtes de deux jours au large des côtes réunionnaises et quatre missions longues de huit jours plus spécifiquement axées sur la zone Maurice.

Cette nouvelle mission qui se termine a été très fructueuse puisqu’elle a permis l’identification d’une cinquantaine d’individus. Un travail de comparaison de ces clichés avec le catalogue existant doit maintenant être mené afin de déterminer les recaptures éventuelles. Il sera réalisé par Véronique, qui a déjà mené ce travail long et minutieux lors de la constitution de notre catalogue.

Trois autres espèces ont été rencontrées durant la mission : deux petits rorquals Antartique, un groupe de dauphins long becs et un groupe de dauphins tachetés. Des chants de baleines à bosse ont également été enregistrés. »
 Source : zinfos974.com  (11.07.11)Actualité récente en rapport : Observation des cétacés sur l’Ile Maurice : vigilance!  Plus d’infos sur l’espèce & fiche pédagogique téléchargeable : Le grand cachalot  Voir également : globice.org

Observation des baleines dans le Pacifique, quelques rappels...
Collision avec une baleine : 2 hommes et une femme débarqués à Nuku Hiva en bonne santé...